RSS

Archives Mensuelles: septembre 2009

Anthologie Hydromel

Je laisse d’abord la parole à la voix officielle…

maquette_antho_finalcopie

Créateurs, inventions et savants fous
Anthologie dirigée par Merlin Jacquet

Au sommaire :
La machine à démonter le temps, Marie-Anne Cleden
Le syndrome du Link, Christian Fontan
L’espace dans la géométrie, Léo Kennel
Sans mixture ni potion, Aurélien James Ross
L’œuvre d’art de l’avenir, Jean-François Seignol
La boîte noire, Nicholas Eustache
Verre brisé, Célia Deiana
H – Confidentiel, Marianne Gellon
Le Verseau, Gabriel Vidal

L’exploration de la thématique du tryptique créature, création et créateur – dans la spécificité de chaque item comme dans leurs rapports entre eux – est à la fois si universelle dans ses divers recoupements et si large d’intérêt que l’expérience d’une anthologie, d’un tour d’horizon créatif sur le sujet apparaissait comme une excellente opportunité de réunir textes et idées quant à ce propos.

« L’enterrement du Nobel qui travaillait sur une machine à remonter le temps ; les étranges histoires du Link, ce livre interactif qui rend les enfants dépendants. La lutte surréaliste de Seth, Isis et Osiris au sein
d’une organisation surréaliste, le détournement de l’Opéra Total de Wagner contre le roi.
Les voyages furieusement hallucinés d’Alphonse Nietzchneknarf, la cour de récréation de Miroir désertée par les enfants morts que les camions ont emportés ; finalité de la muse, drogue à l’origine d’une science appliquée au-delà de toute compréhension.
Recherche désespérée de la formule de la bombe H par un scientifique russe dans les bras d’une prostituée. Et le Verseau, vieil enfant fou qui construit des robots pour sa ville brisée… »

Illustration d’Alain Mathiot

A l’instar de La nuit en sursaut, l’anthologie sera en avant première les 2,3 et 4 octobre au festival du livre de Mouans-Sartoux. Seront en dédicace Léo Kennel, Aurélien James Ross et Marianne Gellon (soit plein d’auteurs, si c’est pas magnifique, ça). Il s’agira d’une édition spéciale, limitée et accompagnée, le disais-je, de splendides marque pages : la sortie officielle aura lieu également vers mi-octobre et nous lancerons les souscriptions sous peu.

Et maintenant ma petite note personnelle : Comme elle est trop belle cette couverture !
Déposez vos souscriptions dès que l’annonce en sera faite ! Aidez les petites maisons d’éditions ! Regardez comme c’est beau !

A noter que la première novella d’Hydromel paraîtra en même temps : La Nuit en sursaut, de Léo Kennel.

 
6 Commentaires

Publié par le 30 septembre 2009 dans écriture

 

Étiquettes : , , , ,

Sondage

Kaliom Lud, tête du Royaume des Mots Rêveurs (dont j’ai parlé il y a quelques jours pour mon dernier heureux événement), se lance dans l’édition papier après un webzine de qualité. Pour se faire, il a besoin de votre aide, rapide et sans obligation d’achat bien entendu. Je lui laisse la parole tel qu’il présente cela sur son blog :

Bonjour,

Vous savez peut-être que je travaille actuellement à la création d’une maison d’édition. Dans ce but, je souhaite vous soumettre un petit questionnaire, sous forme de formulaire,  sur vos préférences en matière de livres que vous pouvez trouver à cette adresse : http://www.motsetlegendes.com/etude_marche.php.

Il ne vous faudra pas très longtemps pour répondre à tous, mais chacune de vos réponses me permettra de mieux définir vos attentes et d’être certain de bâtir une maison d’édition avec une base solide.

Je vous remercie d’avance pour le temps que vous prendrez pour répondre à mes quelques questions

Merci pour lui !

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 septembre 2009 dans écriture

 

Étiquettes : ,

Septembre vers l’automne

PosterDistrict9

Un jour d’avance pour le retour sur ce mois de septembre très ensoleillé, à la productivité relative mais aux cours de sports intenses (on prend ses bonnes résolutions quand on peut !) On notera une boulimie au début du mois niveau BD, et fin du mois niveaux bouquins. Je continuerai sur ma lancée vorkosigane une fois lu un livre de Robert Charles Wilson et sans doute un ou deux poches de quelques auteurs invités aux Utopiales de Nantes à la fin du mois, histoire de ne pas arriver là-bas en complète inculte.
Niveau cinéma, du très très bon pour une déception, bref, un mois plutôt sympa.

BD internationales :
J’ai retrouvé ma carte de médiathèque !
In the clothes named fat, Moyoco Anno : une plongée originale dans le monde d’une grosse (une vraie, pas une pseudo comme on en trouve beaucoup) C’est intéressant, très vrai par moment, mais l’histoire est complètement parasitée par des éléments qui affaiblissent le récit.
Welcome to NHK, vol. 1, Takimito et Kendi Oiwa : une vision du monde des otaku japonais. J’ai trouvé ça fade, assez nul et dépourvu d’intérêt. Peut-être que ça s’améliore après, mais pour l’instant je ne comprends pas le buzz.
Candy Life, Yayoi Ogawa : Ogawa, c’est mieux quand ça dure. L’histoire ici est trop condensée pour toucher vraiment. Dommage.
Papa told me, vol. 1,  Nanae Haruno : chronique de quartier centrée autour d’un romancier veuf et de sa petite fille surdouée. Moins ancré dans la réalité qu’Un drôle de père, mais tout aussi poétique, porté là aussi par la connivence entre le père et la fille, le premier (gros) volume est un vrai petit plaisir. Le dessin est un peu vieillot par contre.
Goyô, vol. 1, Natsume Ono : Un manga qui gagne à être connu sur un samouraï si timide et mal à l’aise qu’il n’arrive pas à garder un emploi plus de deux jours. Jusqu’au jour où… J’aime beaucoup le dessin, j’aime beaucoup cette galerie de personnages qui se dévoilent peu à peu.
Real, vol. 8, Takehiko Inoue : Si vous ne l’avez pas encore lu vous méritez la mort.
The Outsider, Gou Tanabe : Un recueil de nouvelles interprétant des écrits de Lovecraft, Maxime Gorki et Anton Tchekov, suivis d’une nouvelle surnaturelle originale. Intéressant et quelquefois déroutant. Une curiosité.
Cosmos, Kim Sung Jun : manwha construit sur quatre personnages, illustré de magnifiques aquarelles. Un peu trop vaporeux dans certains passages, mais intriguant, dans le bon sens du terme.
Courtney Crumrin et les choses de la nuit, vol. 1, Ted Naifeh : Une petite fille et des monstres, façon Neil Gaimann, mais sans la saveur. Bof.
L’Héritage d’Emilie, vol. 1 à 4, Florence Magnin : Une jeune femme hérite d’un château hanté, déjà ça commence bien, mais si on y ajoute des portes aux étoiles et des fêtes païennes, sur des dessins magnifiques, que demandez de plus ? (à part la suite ?)
Love Pistols, vol. 2, Tarako Kotobuki : Mwahahahahahaha ! (oui j’ai un humour débile)
Joséphine, vol.2 « Même pas mal », Pénélope Bagieu : C’est frais, c’est vrai, c’est drôle, et Joséphine est la seule héroïne moderne qui a une culotte de cheval. Respect !
Un drôle de père, vol. 5, Yumi Unita : Un peu déçue, je préférais la période enfantine à la période ado (et ça commence à me gonfler l’équation ami d’enfance = amour de la vie, pas très original tout ça)
Love Mode, vol. 2, Shimizu Yuki : on arrive à l’arc AoexNaoya et c’est toujours aussi mignon entre ces deux-là.
BexBoy, vol. 2 : Halala, les scénarii ne volent vraiment pas très haut ^o^

Livres :
Un mois très prolifique…
– Quand les muses parlent, Truman Capote.
– Cordelia Vorkosigan, Lois McMaster Bujold.
Dehors les chiens, les infidèles, Maïa Mazaurette.
– L’Apprentissage du guerrier, Lois McMaster Bujold.
– Miles Vorkosigan, Lois McMaster Bujold.
– Cetaganda, Lois McMaster Bujold.
La Frontière de l’infini, Lois McMaster Bujold.

Films :
– Un prophète, Jacques Audiard. 4/5
– The Reader, Stephen Daldry. 4/5
– Monsters vs. Aliens. 2/5
– District 9, Neill Blomkamp. 4,5/5
– Julie et Julia, Nora Ephron. 2,5/5
– Hôtel Woodstock, Ang Lee. 4,75/5 (culte)
Run, Fatboy, Run, David Schwimmer. 3/5

Séries TV :
Deadwood, saison 2 et 3 : Très très très déçue par l’absence de saison 4. Parce que quand même, le niveau de tension de la saison 3 est vraiment insensé. Dommage ;_;
The Big Bang Theory, saison 3, ép. 1 : Pas mal, le bruit du public me porte sur le système mais la résolution Penny / Léonard est bien trouvée (à mon avis)
Criminal Minds, saison 5, ép. 1 : épisode un peu mou, mais je ne pensais pas qu’ils allais faire « ça » à Hotch *-* CM, la série la plus borderline du moment…
Glee, saison 1, ép. 1 : je me tâte pour continuer, l’héroïne est insupportable mais le reste est rigolo.
Psych, saison 1, ép. 1 à 3 : pas mal. Je vais sans doute la garder sous le bras.

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 septembre 2009 dans cinema, lectures, série TV

 

Étiquettes : , , ,

4ème Nuit de l’Ecriture

tumblr_kqbhd7tqp81qzty50o1_500

La 4ème Nuit de l’Ecriture organisée par Gaby aura lieu ce samedi 2 octobre de 21h30 à 4h du matin.
Comme d’habitude, il s’agit de veiller toute la nuit et décrire 10000 mots.
Mes deux dernières tentatives n’ont pas été couronnées de succès : mal organisée la première fois, j’ai accouché d’une mauvaise nouvelle ; et malade la seconde fois, j’ai regardé des séries télé tout en encourageant quelques personnes. Du point de vue de la productivité, c’était assez moyen.
Cette fois-ci je tente une nouvelle tactique. Déjà je vais essayer de ne pas être malade (ce sera déjà un bon début) Ensuite, au lieu de bosser sur des textes en cours (AT, correction, challenge 2009) sur lesquels il me faut du temps, de l’éveil et de la lumière, je vais m’attaquer à autre chose. J’espère que ce sera plus concluant, et si oui, je vous en parlerai dimanche !

 
2 Commentaires

Publié par le 28 septembre 2009 dans écriture

 

Étiquettes : , , ,

Hôtel Woodstock – Ang Lee

tw_poster_small

Les films qui font du bien viennent toujours à l’improviste, quand on ne les attend pas vraiment. Des fois on a des soupçons, on se dit que ça va marcher avant même que les lumières ne s’éteignent dans la salle. L’instinct marche (Good Morning England au début de l’année) ou pas (Julie & Julia qui, justement parce que je pensais aimer, m’a terriblement déçue)
Par contre, pour le dernier film de Ang Lee, Hôtel Woodstock, je ne m’attendais pas à ça. A la fin du film il n’y avait pas de surexcitation extrême, de joie improbable et de sensations exacerbées, de celles qu’on porte en soi après avoir découvert quelque chose de vraiment exceptionnel. Non. Ne me levant de mon siège de ciné, je fus plutôt prise d’un calme étrange, d’une espèce de zennitude bizarre assez déconcertante.
J’aime les films « hippies », mais j’y trouve toujours quelque chose à redire. J’avais choisi un regard cynique relativement assumé pour Into the wild, parce que je ne supporte pas les gens qui ne prennent pas conscience des conséquences de leurs actes. Ce sont des imbéciles. Mais j’ai adoré le film quand même. Du même point de vue, plus ancien, Hair est une de mes comédies musicales préférées, mais les personnages assument des positions politiques dont l’égoïsme et le côté « petits cons » me déplait.
C’est un des points que j’ai beaucoup aimé dans Woodstock Hôtel. Le sosie du héros de Hair, jean pattes d’eph’ et veste à frange, est un hippie, pacifiste, gentil, plein de bonne volonté… et un capitaliste. Pour organiser un concert, il faut de l’argent, des avocats et un sens poussé des affaires. Il n’y a aucun jugement de la part du cinéaste dans ce portrait, juste une logique que beaucoup de hippie, anars, pseudo anars, etc, nient (comme ce journaliste anti commercial qui un jour s’étonnait que même les petits groupes de musiques vivant sur myspace aient besoin de publicité) Le genre de truc qui m’énerve (même si je n’approuve pas non plus l’argent et la publicité à outrance. Il faut juste est réaliste, mais je m’éloigne du sujet.
Or donc ce film réaliste n’a pas mis à mal mes nerfs par des thèses extrémistes. Beaucoup diront que c’est son défaut, mais pour moi ce film est sympathique, gentil et chaleureux, sans ironie ni cynisme. Et ça fait du bien.
Les bases étant posées, on se laisse aller à suivre le parcours initiatique de ce garçon, apprenti artiste à New-York, chargé de maintenir le motel de ses parents hors de l’eau. Mère abusive et grotesque, père absent et peu locace. Et le gamin, avec ses doutes et ce devoir filial insupportable, de rencontrer des gens qui vont changer sa vie, en quelques jours, que ce soit l’organisateur du festival, sa copine, un copain survivant du Vietnam, un soldat travesti, un couple adepte de l’acide et un charpentier.
C’est doux, ça parle d’initiation, de prise de liberté, de couper le cordon, ça ne fait pas mal et pour une fois c’est ça qui est bien.
Woodstock Hôtel va sans doute devenir un de mes films culte. Comme ça, gentiment…

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 septembre 2009 dans cinema

 

Étiquettes : , , , ,

Publication

Ma nouvelle Se servir de ses dons, parlant de mutations cérébrales (plus ou moins) sur fond de roman noir, paraîtra dans la webrevue Mots et Légendes sur le thème Surhumain du site des Mots Rêveurs.
Merci au comité de lecture et plus de nouvelles sans doute bientôt !

 
9 Commentaires

Publié par le 26 septembre 2009 dans écriture

 

Étiquettes : , ,

Début du compte à rebours

Dans deux mois très exactement, ce blog, dernier né d’une multitude (le premier codé tout html sur les pages persos de wanadoo, puis un autre sur free, enfin je crois, puis encore un sur livejournal aujourd’hui privé et quasiment pas utilisé) Donc ce blog, je disais, aura deux ans. Le 26 novembre 2009.
Une telle longévité, passée à la moulinette d’évènements plus ou moins heureux dont certains ont failli avoir raison de son existence, mérite récompense (enfin je trouve) (et puis c’est rigolo à faire)
J’ai donc envie de faire un concours, histoire d’épicer un peu ça, et ce malgré la crainte récurrente de n’avoir aucun succès (heureusement que je n’ai jamais foutu les pieds dans une école de pub, parce que niveau réclame, je suis au degré – 300 de l’efficacité)
Je sais déjà à peu près ce que je vais offrir à ou aux gagnant(s) (désignés par moi et uniquement pas moi)
Par contre je ne saurai que demander : des tablettes de chocolat, des gâteaux, un chèque cadeau pour une grande librairie ? Tout cela me paraît quand même un rien trop matérialiste (mais bon si vous envoyez quand même des gâteaux tant mieux !)
Je vais sans doute demander un texte, un dessin, ou quelque chose de l’ordre du témoignage, il faut juste que je trouve le sujet.
Les cadeaux de ma part ? Des bouquins forcément, choisis avec goût, en relation avec ce blog, donc avec moi, et une petite surprise en plus.
Maintenant comment « vous » soutirez quelque chose… J’y réfléchis… XP

Sinon rien à voir, j’ai repensé aux Bracelets d’Emeraude cette nuit. Ma grande quadrilogie uchronique steam punk et romantique. Comme si je n’avais rien d’autre à faire…
J’avais pourtant bien commencé à bosser dessus : ici, ici, ici et .
Isil, je pense que le second article pourrait t’intéresser par rapport au « problème » du personnage féminin ^^

 
8 Commentaires

Publié par le 26 septembre 2009 dans blog

 

Étiquettes : , ,