RSS

Hôtel Woodstock – Ang Lee

27 Sep

tw_poster_small

Les films qui font du bien viennent toujours à l’improviste, quand on ne les attend pas vraiment. Des fois on a des soupçons, on se dit que ça va marcher avant même que les lumières ne s’éteignent dans la salle. L’instinct marche (Good Morning England au début de l’année) ou pas (Julie & Julia qui, justement parce que je pensais aimer, m’a terriblement déçue)
Par contre, pour le dernier film de Ang Lee, Hôtel Woodstock, je ne m’attendais pas à ça. A la fin du film il n’y avait pas de surexcitation extrême, de joie improbable et de sensations exacerbées, de celles qu’on porte en soi après avoir découvert quelque chose de vraiment exceptionnel. Non. Ne me levant de mon siège de ciné, je fus plutôt prise d’un calme étrange, d’une espèce de zennitude bizarre assez déconcertante.
J’aime les films « hippies », mais j’y trouve toujours quelque chose à redire. J’avais choisi un regard cynique relativement assumé pour Into the wild, parce que je ne supporte pas les gens qui ne prennent pas conscience des conséquences de leurs actes. Ce sont des imbéciles. Mais j’ai adoré le film quand même. Du même point de vue, plus ancien, Hair est une de mes comédies musicales préférées, mais les personnages assument des positions politiques dont l’égoïsme et le côté « petits cons » me déplait.
C’est un des points que j’ai beaucoup aimé dans Woodstock Hôtel. Le sosie du héros de Hair, jean pattes d’eph’ et veste à frange, est un hippie, pacifiste, gentil, plein de bonne volonté… et un capitaliste. Pour organiser un concert, il faut de l’argent, des avocats et un sens poussé des affaires. Il n’y a aucun jugement de la part du cinéaste dans ce portrait, juste une logique que beaucoup de hippie, anars, pseudo anars, etc, nient (comme ce journaliste anti commercial qui un jour s’étonnait que même les petits groupes de musiques vivant sur myspace aient besoin de publicité) Le genre de truc qui m’énerve (même si je n’approuve pas non plus l’argent et la publicité à outrance. Il faut juste est réaliste, mais je m’éloigne du sujet.
Or donc ce film réaliste n’a pas mis à mal mes nerfs par des thèses extrémistes. Beaucoup diront que c’est son défaut, mais pour moi ce film est sympathique, gentil et chaleureux, sans ironie ni cynisme. Et ça fait du bien.
Les bases étant posées, on se laisse aller à suivre le parcours initiatique de ce garçon, apprenti artiste à New-York, chargé de maintenir le motel de ses parents hors de l’eau. Mère abusive et grotesque, père absent et peu locace. Et le gamin, avec ses doutes et ce devoir filial insupportable, de rencontrer des gens qui vont changer sa vie, en quelques jours, que ce soit l’organisateur du festival, sa copine, un copain survivant du Vietnam, un soldat travesti, un couple adepte de l’acide et un charpentier.
C’est doux, ça parle d’initiation, de prise de liberté, de couper le cordon, ça ne fait pas mal et pour une fois c’est ça qui est bien.
Woodstock Hôtel va sans doute devenir un de mes films culte. Comme ça, gentiment…

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 27 septembre 2009 dans cinema

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :