RSS

Archives Mensuelles: juin 2015

Adèle, ou les Noces de la reine Margot – Silène Edgar

9782362311451_org

Titre : Adèle ou les noces de la Reine Margot
Auteur : Silène Edgar
Année : 2015.
Editeur : Castelmore.
Genre : Leçons d’histoires adolescentes.

Nombre de pages : 285.

Public : Adolescent/Adulte.

Quatrième de couverture :

Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir !

Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition…

Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme…

Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?

Ma critique :

Toujours fan de l’écriture élégante et simple de Silène, j’ai ouvert Adèle avec l’appétit de quelqu’un qui a le droit de manger sa pâtisserie préférée (pour note : la mousse aux fruits rouges) Cette fois-ci, l’auteure nous emmène dans le Louvre d’Alexandre Dumas, mais par les yeux d’une jeune fille. Nous nous rappelons (ou nous apprenons selon l’âge du lecteur) de faits historiques sans nous appesantir vraiment dessus. Car ce qui est important, c’est l’humain, à hauteur de petite fille. Une enfant encore sensible à l’amour, à l’injustice, aux imbéciles, aux merveilles de la science et des jolis vêtements. Oui, tout en même temps !
Ce que vit Adèle dans la « réalité » n’en est pas moins prenant, et l’on se remémore avec le coeur serré les incompréhensions de l’adolescence, les querelles avec les copines, les parents jamais là, les adultes qui ne savent plus vous parler. Adèle n’a rien d’une héroïne agaçante et tout de la petite fille que nous avons toutes été, qui a trouvé dans la littérature et dans une insatiable curiosité (pour elle google, pour moi l’encyclopédie familiale) une échappatoire à ces malheurs de « presque adulte » et au deuil.
L’échappatoire, comme toutes les drogues, peut être dangereux, et Silène nous le rappelle avec ce qu’il faut de tendresse et d’objectivité pour que l’on soit soulagé de sa conclusion.
Un très beau livre, à mettre entre les mains des jeunes lecteurs !

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 8 juin 2015 dans lectures

 

Étiquettes :