RSS

Archives Mensuelles: juin 2008

Book Graphisme

Une journée n’a pas été de trop, mais j’ai enfin ouvert un site d’archives pour mes graphismes. Il est par ici :

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juin 2008 dans site

 

Étiquettes :

Sumi & Water – Takehiko Inoue

Les personnes qui me connaissaient déjà avant la création de ce blog savent qu’il existe un artiste contemporain pour lequel j’ai une admiration sans borne. Il s’agit du mangaka (dessinateur de bande dessinée) Takehiko Inoue, sans doute sous-estimé de part chez nous. Il faut dire que très peu d’auteurs contemporains arrivent à faire parler d’eux en dehors des cercles de fans de mangas, comme Obata et Urasawa. Ceci dit il semble échapper même à son public français que Inoue est en son pays bien plus qu’un « simple » mangaka : au ratio ventes/volumes parus, son manga Slam Dunk talonne, voire dépasse, les chiffres de vente de Dragon Ball, pourtant champion toute catégorie (110 millions de volumes vendus) ; il s’est distingué à de nombreuses reprises auprès du ministère culturel japonais avec son autre oeuvre, Vagabond, fait de la publicité, participe à de nombreuses activités sportives pour l’implantation du basket ball au Japon, prend un malin plaisir à dessiner des fresques, dessiner sur le sol, sur des tableaux noirs, partout. Son dernier projet en date a été de créer le character design du jeu vidéo Lost Odyssey.
Cependant ce succès est moins impressionnant que la maturité avec laquelle il traite ses histoires (il suffit de lire le très beau Real pour s’en convaincre), et, surtout, la maîtrise époustouflante de son dessin. J’ai eu l’immense plaisir d’acquérir les deux livres d’art tirés de Vagabond, et cette affirmation n’en a été que plus justifiée.

Sumi veut dire « encre » en japonais. Le livre réunit diverses planches, inédites ou tirée du manga Vagabond, toutes de noir et blanc, de temps en temps rehaussées de trames grises. Les dessins sont réalisés à la plume (et non au stylo encreur genre copic), quoique Inoue la délaisse de temps en temps pour utiliser un pinceau à calligraphie. Le sens du détail de la plume se retrouve dans les archtectures, les paysages, certains visages, respirant le zen, alors que les traits de pinceaux soulignent la sauvagerie, la violence, que cela soit dans un simple mouvement de cheveux ou dans la ruade dans cheval.
Cette image me semble bien résumer la beauté des planches contenues dans ce très beau livre.

Water est le second livre d’art sur Vagabond, et présente des travaux à l’aquarelle (et d’autres techniques mêlées il me semble)
La couleur permet à la fois de jouer sur les tissus et leurs multiples motifs, de créer un personnage à partir de simples tâches, de construire un paysage entier tout en monochromes, de jouer sur les ombres, d’associer des teintes portant opposées et de faire s’envoler l’imagination.

Voilà donc deux ouvrages que je souhaitais partager, bien qu’ils ne soient pas vraiment trouvables en France (sauf dans quelques librairies japonaises parisiennes et en vpc, et à des prix plus que prohibitifs) Des versions anglaises de Water et de Sumi éditées par Wiz Media vont bientôt paraître, mais je ne sais pas si elles seront de même qualité que l’édition japonaise.

Takehiko Inoue.
Site officiel

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 juin 2008 dans lectures

 

Étiquettes : , ,

L’Antre-Livre

Grâce à Marie-Catherine, la micro-nouvelle Un Petit Bistrot est désormais lible sur l’Antre-Livre, un joli site où l’on peut se faire des pauses lecture très agréables. N’hésitez pas à y faire un tour !
Je rappelle qu’Une Petit Bistrot a été écrit après mon second voyage au Japon, et est issu de mes souvenirs et de quelques histoires survenues à mes hôtesses là-bas.

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 juin 2008 dans écriture

 

Étiquettes : ,

Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Stieg Larsson

Millenium 1 – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Stieg Larsson.
Ma journée ayant été particulièrement morose, voici un troisième billet de la journée. Pour un quatrième, il me faudrait finir un autre livre, et ce ne sera certainement pas pour aujourd’hui.

Me voilà donc succombant à la folie Millenium, suite à un achat trimestriel obligatoire dans un célèbre catalogue de livres vendus par correspondance. Je n’aimais pourtant pas la couverture (les faux airs de Mercredi Addams de la petite fille m’ennuyaient), je n’ai aucun intérêt pour les polars nordiques, et les best sellers, je me méfie toujours.
Le quatrième de couverture m’aurait sans doute aussi rebutée si je l’avais lu : un journaliste, une jeune femme « rebelle et perturbée », scandales financiers, tueurs psychopathes… Euh, ça sentait trop les figures imposées et les intrigues bordéliques pour moi.
Sauf que…
Stieg Larsson a livré ici une oeuvre posthume magistrale. Son style est limpide et clair ; il ne rebute jamais et sais mettre le lecteur en confiance, même quand il s’agit de décrire le milieu boursier ou d’énumérer les noms de l’immense famille Vanger (tout cela sans jamais donner la migraine) Bref, il ne reste qu’à se laisser porter par une intrigue et des personnages fort bien construits, qui vont jusqu’au bout de leurs caractérisations. C’est un coup de chapeau que je tire à l’auteur ici, d’avoir écrit des personnages psychologiquement viables, même si cela leur enlève un peu de leur héroïsme ! Personne n’est tout blanc, même pas le héros, et pourtant on se sent loin des stéréotypes du roman noir et du redresseur de tort qui aime un peu trop boire. C’est très étrange finalement.
Je suis impatiente de lire le reste de la trilogie, que j’espère aussi haletant que ce premier volume.

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 juin 2008 dans lectures

 

Étiquettes :

Une année avec Gandhi

Voici le livre que j’ai reçu pour la troisième édition de l’opération Masse Critique, de Babelio.
Il s’agit d’un petit livre de citations, comme on en trouve des dizaines différents dans les librairies (et surtout aux caisses je dois dire) Je suis assez fan de ce genre de petits livres (sur le bonheur, sur l’amour, sur le mieux vivre, etc…)
Celui-ci ne déroge pas aux règles des petits livres : format mini, présentation sobre mais jolie, pages aérées.
J’avoue avoir été un peu déstabilisée par la masse de citations très religieuses dans ce livre, puis je me suis rendue compte que l’éditeur, les Presses de la Renaissance, était spécialisé en littérature religieuse (et j’ai été tête en l’air en cochant ce livre) Quoique aimant les pensées mystique, j’ai du mal avec celle utilisant des mots tels que « Dieu » et « foi », question de sensibilité. C’est un peu dommage, mais la faute m’en incombe totalement. De plus, d’autres citations sont vraiment belles, et moins sujettes à une parenté religieuse que philosophique. Et qui permettent de briller en société avec un bon mot, car Gandhi avait un humour assez fin.

L’amour de soi bien compris suppose un minimum d’égards pour les autres.

Je vous laisse méditer là-dessus…
Une année avec Gandhi ; Une pensée par jour pour mieux vivre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 juin 2008 dans lectures

 

Étiquettes :

Mon gras et moi – Gally

Une fois n’est pas coutume (encore !), je vais parler d’un livre que je n’ai pas acheté. Pour cause de fin de mois arrivée bien trop vite, je me suis contentée de le lire en magasin, comme un petit djeunz fan de Naruto un mercredi après-midi à la Fnac.
Mais voilà, ce livre étant ce qu’il est, je ne vais pas attendre de le poser dans ma bibliothèque pour en faire la publicité.

Revenons en arrière, il y a quelques mois, surgissait dans la blogosphère le site d’une jeune dessinatrice ayant décidé de faire de ses cases sa thérapie. En quelques traits, plein d’humour (ou pas) elle montrait à voir ce que beaucoup de femmes ont du mal à exprimer : le surpoids et l’obésité, et tous les problèmes de vie, matériels ou non, que cela pose. Au bout d’un certain temps, Cathy s’est révélée comme étant Gally, auteur de BD ayant voulu l’anonymat pour des raisons personnelles et amplement justifiées.
De ce besoin d’expression du mal-être-grosse est né Mon gras et moi, compilation des posts du net, additionnés de très nombreuses planches inédites.
Et tout y passe : la culpabilité, la bataille contre sa graisse ou contre ses muscles, la gourmandise, le shopping, les vendeuses de magasins de fringues, les tailles qu’on ne trouve jamais, les bonnes résolutions, tout ce par quoi une personne obèse passe et qui fait de sa vie un enfer. Victime d’elle-même, de son corps et des autres, Cathy fait oeuvre de jouissive mise à plat pour toutes les grosses, et exprime aux autres ce que c’est, d’être une grosse vache et pourquoi on se déteste sur les photos.  Avec le mince espoir que votre meilleure copine qui entre dans du 38 ne se plaigne plus jamais des 800 g qu’elle a pris et de son gros cul (« Mais non il est pas gros ton cul ! t’as vu le mien ? »… Eh oui, on se reconnait beaucoup en Cathy)
En bref, à lire !


Mon gras et moi

Recommandé par des Influenceurs

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 juin 2008 dans lectures

 

Étiquettes : ,

Boutique etsy

J’ai pris l’habitude, pour me relaxer et m’occuper les doigts, de faire des cartes et de customiser un peu tout ce qui me tombe sous la main (carnets, cadres, boîtes, etc.) Comme je me débrouille, j’ai décidé d’ouvrir une petite boutique sur etsy.

C’est par ici : chocofraise@etsy

Je ne suis pas encore habituée au site, donc j’espère que ça marchera.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 juin 2008 dans site

 

Étiquettes : ,