RSS

Archives Mensuelles: janvier 2011

Nouveau projet

Etant donné que je n’en suis encore qu’à l’étape un des Flocons sur ce projet, je n’ai pas encore grand chose à en dire. Mais je peux faire une devinette puisque je réunis de la documentation photo…
Alors, ça va se passer où ?

 

 

Quand on a fait un peu d’archéologie, on connait déjà ces couleurs-là…

 

Et ces sphinx barbus…

 

 

Je vous laisse jusqu’à demain pour deviner. 🙂

Indice : c’est un pays qu’aujourd’hui on ne peut plus vraiment visiter.
Prix : si vous devinez, vous avez le droit de me donner le nom ou le prénom d’un personnage à placer dans le texte (mais pas de trucs avec des jeux de mots, parce que ce n’est pas un texte drôle) Ou alors je place carrément votre prénom dans le texte.

 
7 Commentaires

Publié par le 31 janvier 2011 dans écriture

 

C(h)oeur de citoyens

En ce week-end très froid, alors qu’à la télévision défilent les images d’Egyptiens en révolution et de gamins du Caire sur des décharges, j’aimerai ici me faire la messagère de Lucie Chenu, écrivain et anthologiste. Je me permets d’inviter ce très cher Honoré Daumier pour illustrer le tout, sachant qu’un tel personnage serait aussi utile aujourd’hui qu’il l’avait été à son époque, censurés par des tristes sires qu’il avait osé moquer.

C’est quoi, C(h)oeur de citoyens ?

C’est vrai, ça, qu’est-ce que ça veut dire ? À part jouer avec les mots et les parenthèses, à quoi ça sert ?

L’idée d’une sorte d’anthologie en ligne, de blog-ou-site collectif, sur le thème « Liberté, Égalité, Fraternité », me trotte dans la tête depuis un bon moment. Et puis, il y a quelques mois, il m’a semblé que c’était le moment où jamais. Que ces trois notions, ces trois valeurs, étaient de plus en plus écornées, décriées, moquées. Que si je voulais les transmettre à mes enfants (et aux amis de mes enfants et aux enfants de mes amis…), il ne fallait pas tarder. Alors j’ai parlé autour de moi (sur le web) de cette idée, pour voir si elle paraissait ridicule ou intéressante, et les réactions ont été positivement enthousiastes. À l’exception d’une personne qui pensait que ça serait forcément « contre-productif » et d’une autre qui avait du mal à croire que j’accepterais de donner la parole à des non-gauchistes, tous ceux qui m’ont lue et ont répondu aux questions que je me posais ont souhaité l’existence de ce truc.

Alors je me suis lancée, dans un projet trop grand pour moi (ah mais oui, c’est collectif, ouf ! ça fait plus d’épaules, alors ;-)) Le plus dur (pour moi) a été de créer la plate-forme, le site, le bidule. Le reste va se faire petit à petit, j’ai déjà des textes, des liens à rentrer, et plein d’autres choses.

Il y aura des fictions (nombre d’entre nous sont auteurs de SF/F/F ou de polar) et des articles, des illustrations et des vidéos, et plein d’autres choses.

Trêve de bla-bla : commençons !

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 janvier 2011 dans Non classé

 

La Formule préférée du professeur – Yoko Ogawa

Mes dernières incursions dans la littératures japonaises n’avaient pas été forcément concluantes. Et puis on m’a mis ce petit livre entre les mains…

 

Présentation de l’éditeur :
Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d’une soixantaine d’années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l’autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes. Chaque matin en arrivant chez lui, la jeune femme doit de nouveau se présenter – le professeur oublie son existence d’un jour à l’autre – mais c’est avec beaucoup de patience, de gentillesse et d’attention qu’elle gagne sa confiance et, à sa demande, lui présente son fils âgé de dix ans. Commence alors entre eux une magnifique relation. Le petit garçon et sa mère vont non seulement partager avec le vieil amnésique sa passion pour le base-ball, mais aussi et surtout appréhender la magie des chiffres, comprendre le véritable enjeu des mathématiques et découvrir la formule préférée du professeur… Un subtil roman sur l’héritage et la filiation, une histoire à travers laquelle trois générations se retrouvent sous le signe d’une mémoire égarée, fugitive, à jamais offerte…

Avec la présentation du quatrième de couverture, on pourrait s’attendre à un mix entre le mélo niais facile et un de ces livres qui avaient été à la mode il y a quelques années, comme le Monde Sophie ou le Voyage de Théo, chargés, sur un mode romancé, de raconter l’histoire de la philosophie ou celle des religions, mais ici avec les mathématiques. Or, il ne s’agit pas du tout de ça. Certes, le moyen de communication principal du vieux professeur reste les mathématiques et la façon qu’il a de les expliquer. Mais La Formule préférée du professeur n’est pas un livre didactique. Il s’agit plutôt d’une rencontre douce-amère entre deux êtres qui n’auraient sans doute jamais pu se rencontrer autrement (et sans qu’aucune intrigue amoureuse n’y prenne naissance, ce qui est un changement bienvenu par rapport à la majorité de ce genre d’histoires)
L’écriture de Yoko Ogawa est fluide et douce. Resserrée aussi comme pour beaucoup d’écrivains japonais, et la traduction est réussie (j’ai déjà eu de mauvaises expériences sur des textes japonais ou chinois qui perdent beaucoup de leur qualité avec la traduction)
Moins moderne ou révolutionnaire que d’autres, juste d’un lecture modeste et agréable, La Formule préférée du professeur fait passer un très bon moment et peut être une récréation bien trouvée entre deux gros bouquins plus sérieux ou plus cruels.

 
2 Commentaires

Publié par le 29 janvier 2011 dans lectures

 

Boardwalk Empire – Martin Scorsese (prod)

Voici donc, enfin, une petite présentation de la série qui m’a tenue en haleine le mois dernier, une production riche et bien ficelée, signée Martin Scorsese. On pourra dire ce qu’on veut, qu’elle est trop rigide, pas très bien jouée, trop longue, etc. Je pense tout le contraire ! J’ai adoré et je vais vous expliquer pourquoi (et c’est pas uniquement parce que c’est une production HBO)

Voici le pitch :
Dans les années 1920, l’homme d’affaires Nucky Thompson décide de se lancer dans l’industrie de l’alcool à Atlantic City, alors réprimé par la Prohibition. Il prend sous son aile Jimmy Darmody, un jeune vétéran de la Première Guerre mondiale très intelligent, qui deviendra son protégé.

Bon alors autant le dire tout de suite, ça, ce n’est rien du tout puisqu’on assiste au développement de la Prohibition (et du grand banditisme) d’Atlantic City, ville irlandaise, en parallèle avec Chicago, ville de plus en plus italienne (où les petit chauffeurs s’appellent Al Capone), tout en apprenant à connaître quelques personnages hauts en couleur : Nucky Thompson en tête (joué par Steve Buscemi, excellent), Jimmy (au début on le prend juste pour le joli coeur de service, mais il est quand même sacrément taré, rendu fou par les tranchées – à ce propos, on voit ici enfin quelque chose que beaucoup de films sur la Première Guerre Mondiale ignorent, une gueule cassée), Margaret, jeune femme pleine de contradiction, à la fois à la recherche de protection et éprise de féminisme, le Sheriff Thompson, et bien d’autres encore.
J’apprécie, comme toujours avec HBO, les multiples personnages, les rencontres entre l’Histoire et les petites histoires (les soaps, diront les mauvaises langues) Les drames mettent du temps à se poser, ça n’explose pas forcément de partout, mais l’histoire est juste assez fascinante pour vous tenir en haleine.

Une belle surprise pour moi !

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 janvier 2011 dans série TV

 

Ménage

Oui ce blog est un peu vide en ce moment, et en plus j’ai laissé tomber le meme de l’écriture. Il y a des explications à cela : je suis en train de mettre en branle les « bonnes » résolutions de 2011, dont la plus difficile à prendre m’a pris trois semaines.
Je vous en donnerai des nouvelles plus tard.
Je dois vous parler de projets (mais dans longtemps) et des livres que j’ai déjà lus cette année ! Voyez ça, je veux faire une cure de littérature générale, je demande à ma maman qui a une libraire géniale, et vlan ! Je me paie trois très bons bouquins en un mois ! Ajoutez à cela les deux critiques de Masse Critique que je dois rendre, et puis du boulot du côté de Tintamare, parce qu’on a des grenouilles géniales qui publient, publient, publient, du coup on expose, explique, montre, propose, dans la joie, la bonne humeur, et une organisation bien meilleure que l’année dernière.

Voilà, tout ça pour dire que je ne suis pas morte, que je reprendrai peut-être le meme un jour et que, que… ben c’est tout !

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 janvier 2011 dans Non classé

 

Texte audio – Une expérience

C’est avec une petite larme à l’oeil que je vous annonce qu’après de longs mois passés au comité de lecture de Donner de la voix j’ai décidé, en octobre dernier, de m’affranchir et de ne pas participer aux comités de la fin d’année. Pourquoi ? Simplement pour pouvoir écrire un texte pour Donner de la voix. J’ai été très heureuse d’apprendre que ce texte, Une expérience, a été sélectionné. Il vient d’être mis en ligne sur le site de Donner de la voix aujourd’hui !
J’ai été très touchée d’écouter mon texte lu par Florent Rinaldi, toujours très en forme. C’est une sensation très bizarre que j’aimerai voir renouvelée ! Je suis déjà à la base assez fan des textes lus mais là… J’en ai des frissons partout !

L’écoute, c’est ici !

 
1 commentaire

Publié par le 16 janvier 2011 dans publication

 

Meme de l’écriture

04. Vers quel genre de récit (imaginaire, polar, épistolaire) vous tournez-vous le plus naturellement, lorsqu’une idée vous vient ?

 

Fantastique. et soft SF Et ce, même si je pense que certains de mes textes les plus réussis font partie de la littérature blanche (je tenterai bien un recueil de petites nouvelles d’ailleurs dans ce genre-là)

 

05. Avez-vous un moment privilégié pour écrire dans la journée ?

 

Le matin, douchée de frais, le ventre plein, quand personne ne bouge encore vraiment… Ce qui est super chiant quand on bosse en fait, parce que du coup, on ne peut commencer à écrire qu’à 18/19h, et l’énergie du petit matin, bizarrement, elle n’est plus là…

 

Autres questions :

01. Qu’écrivez-vous en ce moment ?
02. Quel est le registre d’écriture (comique, tragique, horreur, humour, etc.) dans lequel vous êtes le plus à l’aise ?
03. Thé, café, jus d’orange, de carotte, chocolat chaud… buvez-vous quand vous écrivez ?
04. Vers quel genre de récit (imaginaire, polar, épistolaire) vous tournez-vous le plus naturellement, lorsqu’une idée vous vient ?
05. Avez-vous un moment privilégié pour écrire dans la journée ?
06. À quelle vitesse écrivez-vous ?
07. Qu’est-ce que vous ne pouvez vous empêcher de mettre dans vos textes ?
08. Papier-stylo ou Word-clavier ?
09. Quel thème ressort de l’ensemble de votre production écrite ?
10. Que corrigez-vous en ce moment ?
11. En tant qu’auteur (et non lecteur), préférez-vous écrire des nouvelles ou bien des romans ?
12. Avez-vous des épiphanies créatives ?
13. La question maudite : et vos tics d’écriture, pouvez-vous nous en parler ?
14. Êtes-vous auteur de fanfictions ? Si oui, quels fandoms ? Si non, pourquoi ?
15. Si l’un de vos textes venait à être publié, et à avoir un succès fou, verriez-vous les fanfictions inspirées de votre récit d’un bon œil ?
16. Pouvez-vous écrire plusieurs textes à la fois ?
17. Avez-vous des bêta-lecteurs « attitrés » ?
18. Lorsque vous écrivez, écoutez-vous de la musique ?
19. Pouvez-vous écrire partout ?
20. Est-ce que vos lectures influencent votre manière d’écrire ?
21. Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis ?
22. L’endroit le plus insolite où vous avez eu une idée géniale qu’il vous était impossible de noter ?
23. Lorsque vous écrivez, revenez-vous sur vos phrases pour les corriger au fur et à mesure, ou êtes-vous plutôt du genre à ne pas revenir en arrière tant que l’inspiration est là ?
24. Écrivez vous « porte ouverte » (en montrant tout au fur et à mesure à vos lecteurs), ou « porte fermée » (en ne montrant rien tant que le point final n’a pas été posé, et la relecture effectuée) ?
25. Avez-vous un planning d’écriture où vous échelonnez votre production à venir ?
26. En moyenne, combien de fois revenez-vous sur un texte pour le corriger ?
27. Avez-vous déjà participé à un NaNoWriMo (www.nanowrimo.org) ?
28. Parlez-vous de ce que vous écrivez à vos proches et amis non écrivant ?
29. Bêta-lisez-vous ? Si oui, cela influence-t-il votre manière d’écrire ? Si non, pourquoi ?
30. Quel a été votre premier texte abouti ?
31. Qu’écrivez-vous en ce moment ? (c’est la même question que la 01, mais votre réponse est peut-être différente…)

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 janvier 2011 dans Non classé