RSS

Archives d’Auteur: domudeigiana

Adèle, ou les Noces de la reine Margot – Silène Edgar

9782362311451_org

Titre : Adèle ou les noces de la Reine Margot
Auteur : Silène Edgar
Année : 2015.
Editeur : Castelmore.
Genre : Leçons d’histoires adolescentes.

Nombre de pages : 285.

Public : Adolescent/Adulte.

Quatrième de couverture :

Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir !

Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition…

Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme…

Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?

Ma critique :

Toujours fan de l’écriture élégante et simple de Silène, j’ai ouvert Adèle avec l’appétit de quelqu’un qui a le droit de manger sa pâtisserie préférée (pour note : la mousse aux fruits rouges) Cette fois-ci, l’auteure nous emmène dans le Louvre d’Alexandre Dumas, mais par les yeux d’une jeune fille. Nous nous rappelons (ou nous apprenons selon l’âge du lecteur) de faits historiques sans nous appesantir vraiment dessus. Car ce qui est important, c’est l’humain, à hauteur de petite fille. Une enfant encore sensible à l’amour, à l’injustice, aux imbéciles, aux merveilles de la science et des jolis vêtements. Oui, tout en même temps !
Ce que vit Adèle dans la « réalité » n’en est pas moins prenant, et l’on se remémore avec le coeur serré les incompréhensions de l’adolescence, les querelles avec les copines, les parents jamais là, les adultes qui ne savent plus vous parler. Adèle n’a rien d’une héroïne agaçante et tout de la petite fille que nous avons toutes été, qui a trouvé dans la littérature et dans une insatiable curiosité (pour elle google, pour moi l’encyclopédie familiale) une échappatoire à ces malheurs de « presque adulte » et au deuil.
L’échappatoire, comme toutes les drogues, peut être dangereux, et Silène nous le rappelle avec ce qu’il faut de tendresse et d’objectivité pour que l’on soit soulagé de sa conclusion.
Un très beau livre, à mettre entre les mains des jeunes lecteurs !

 
2 Commentaires

Publié par le 8 juin 2015 dans lectures

 

Étiquettes :

2 – None of the Above – I.W. Gregorio

22896551

 

Titre : None of the Above / Aucun des deux
Auteur : I.W. Gregorio.
Année : 2015.
Editeur : Balzer + Bray.
Genre : Chronique adolescente.

Nombre de pages : Lu sur liseuse.

Public : Adolescent/Adulte.

Quatrième de couverture :

A groundbreaking story about a teenage girl who discovers she’s intersex . . . and what happens when her secret is revealed to the entire school. Incredibly compelling and sensitively told, None of the Above is a thought-provoking novel that explores what it means to be a boy, a girl, or something in between.

What if everything you knew about yourself changed in an instant?

When Kristin Lattimer is voted homecoming queen, it seems like another piece of her ideal life has fallen into place. She’s a champion hurdler with a full scholarship to college and she’s madly in love with her boyfriend. In fact, she’s decided that she’s ready to take things to the next level with him.

But Kristin’s first time isn’t the perfect moment she’s planned—something is very wrong. A visit to the doctor reveals the truth: Kristin is intersex, which means that though she outwardly looks like a girl, she has male chromosomes, not to mention boy « parts. »

Dealing with her body is difficult enough, but when her diagnosis is leaked to the whole school, Kristin’s entire identity is thrown into question. As her world unravels, can she come to terms with her new self?

.

Lu dans le contexte du Challenge « We Need Diverse Books ».

WNDB_Button

Mon avis :

None of The Above n’est pas un livre parfait, comme avait pu l’être le premier livre que j’ai lu dans le contexte du challenge. Il a pour lui cependant d’être écrit par une personne très impliqué dans le suivi médical et psychologique des personnes intersexes. None of The Above conte l’histoire de Krissty qui se rend compte, un jour, qu’elle est intersexe, c’est-à-dire, dans son cas, qu’elle a des chromosomes masculins, l’absence d’utérus, mais un physique typiquement féminin.
De fait, tout ce qui tourne directement autour de cet événement : le suivi médical, la dépression, l’incompréhension, les peurs et les colères de l’héroïne sont magnifiquement décrits.
Encore plus loin, l’auteur I.W. Gregorio décrit une société non seulement irrémédiablement binaire (Krissty est forcément un homme, pas un peu des deux) mais également complètement soumise au sexisme. Entre l’obligation du petit ami, les activités « en bikini » pour attirer les gens, les pilules roses pour les hormones filles (et bleu pour le Viagra ? se demande Krissty), et toutes ces petites descriptions éparpillées dans tout le roman, le lecteur/ le lectrice sont mis face à l’absurdité et au lavage de cerveau qui s’opère dans toute lé société, et plus particulièrement chez les ados. Et je ne parle même pas de l’ignorance crasse du corps dont est victime Krissty (il semble que l’éducation sexuelle au Etats-Unis soit vraiment catastrohpique)
Le souci, c’est que l’auteur est beaucoup moins à l’aise dans la chronique purement adolescente. La romance et l’amitié ont, pour moi, un arrière goût amer : les « farces » (bullying) ne sont pas vraiment punies, et l’amour sauve tout. C’est vraiment dommage.
Après, ce roman reste un inédit, puisque peu de fictions mettent en scène des personnages intersexes. Il a simplement un petit goût d’inachevé.

En résumé : A LIRE ! (quand même 🙂 )

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 avril 2015 dans lectures

 

Étiquettes :