RSS

Voyageons dans les étoiles sans le faire exprès

24 Sep

miles_vorkosigan_1
Illustration de Clyde Caldwell. Empruntée sans autorisation…

En ce moment, tous les soirs, alors que je pourrais faire rien, bosser, procrastiner ou regarder des films, je lis. Deux heures tous les soirs, régulièrement, histoire de ne pas aller trop vite. Une vraie discipline qui s’écoule dès le week-end, où là c’est 4, 5, 6 heures de lecture quasi à la suite, sans s’arrêter, sans boire, sans manger, quasi sans respirer.
Il y a les bons romans, ceux qu’on lit avec plaisir, il y a les très bons romans, ceux dont on pense qu’il vont changer votre vie ou du moins votre manière d’aborder les histoires (et il y a les mauvais romans aussi, bien sûr) Et puis, plus rares, il y a les romans qui vous imposent sans possibilité de retraite un personnage dont vous sentez, profondément, qu’il va rester là, tout au fond de votre crâne, et qu’il ne vous lâchera plus jamais.
Ca m’est déjà arrivée deux fois, au cours de mes lectures. Il y eut Lestat de Lioncourt, comme beaucoup je pense, dont j’ai relu la biographie un nombre incalculable de fois. Malheureusement pour lui, la qualité de sa série est allée en diminuant, et je l’ai lâché (ceci dit Lestat le Vampire reste un de mes livres préférés)
Il y eut aussi Lew Alton. Vous ne pouvez savoir ce qu’un seigneur guerrier rejeté et maudit a pu avoir comme conséquences sur le coeur d’une lectrice un peu niaise sur les bords (oui tout le monde a ses faiblesses, moi je suis une grande romantique, je veux que le héros finisse heureux et amoureux, voilà) Et là pas de problème, qu’il soit personnage ou non de la série des Chroniques de Ténébreuse, j’ai adoré quasiment tous les volumes (sauf peut-être le dernier, sans doute parce que je savais qu’il n’y aurait jamais de suite)
Mais bon tout ça se passait il y a très longtemps, entre lycée et premières années de fac. Un bail quoi…

Et puis est apparu Miles Vorkosigan.
Bon, histoire d’y aller dans l’ordre, j’ai commencé par sa pré-conception avec Cordelia Vorkosigan, ou comment deux personnes totalement opposées se trouvent, tombent amoureuses et tout et tout. Classique. Mais si vous plongez ce monde là dans un monde soumis aux tensions politiques, aux dérapages militaires avec quelques soupçons de trahison, des vaisseaux, des armes inconnues et des soldats névrosés… Miam.
Et donc est apparu Miles Vorkosigan, foetus victime d’un attentat au poison, né atrophié et malade, les os fragiles comme du plâtre, torturé par les chirurgiens et trop intelligent pour son propre bien. Fils de régent, malformé et mal aimé (mais pas par ses parents), donc soupçonné de tout et de rien, paranoïaque et drogué (on ne me fera pas croire que ce ne sont que des anti-inflammatoires !)
Le problème de Miles (en plus de tout le reste) c’est qu’il est toujours là où il ne faut pas. S’il s’ennuie en vacances, il va forcément finir à la tête d’une armée de mercenaires engluée dans un combat où il n’a rien à faire. Sans le faire exprès.
Et je ne parle même pas des gens qui l’entourent, son père (un peu gâteau sur les bords mais pas gâteux du tout), sa mère (un modèle), son garde du corps, son amie d’enfance, son cousin à la tête très « aérée », et puis un peu tout le monde. Beaucoup qui le détestent et certains qui l’aiment. Des figures tragiques (Bothari <3), des figures comiques (Yvan ^o^), des femmes qu’il ne faut pas trop embêter, des androgynes amoureux et des officiers assassins. Bref, tout ce qu’il faut pour rendre complètement accroc.

Lisez la Saga Vorkosigan, de Lois McMaster Bujold.
Et si vous avez le volume Barrayar sous la main, prêtez-le moi…

Déjà lus :
Cordelia Vorkosigan.
L’apprentissage du guerrier.
Miles Vorkosigan.

En train de lire :
Cetaganda.

Lira ensuite :
La danse du miroir.
Les frontières de l’infini.
Memory.
Komarr.

Cherche :
Tout le reste.

Note en plus : l’adaptation en bande-dessinée de Miles Vorkosigan est en train d’être faite. On peut en voir quelques planches ici.

734204-01

Publicités
 
10 Commentaires

Publié par le 24 septembre 2009 dans lectures

 

Étiquettes : , , , , ,

10 réponses à “Voyageons dans les étoiles sans le faire exprès

  1. Intercalaire

    24 septembre 2009 at 10:18

    La saga est toute en haut de ma liste de choses à me procurer une fois que j’aurais fini les trucs à lire de mon étagère.

     
    • elicad

      24 septembre 2009 at 3:25

      D’ici là je pourrai sans doute te les prêter 🙂

       
  2. boite en carton

    24 septembre 2009 at 6:15

    Je ne peux que t’approuver, j’adore la série.
    Pire que ça même…

    La série de fantasy de Chalion est sympa aussi mais La saga Vorkosigan est géniale.

    Je te conseille vivement de lire « un clone encombrant » avant la danse su miroir et la suite.
    Il y a aussi un recueil de nouvelles « les frontières de l’infini » je crois, qui se déroule avant et dont les événement sont mentionnés dans « un clone encombrant »

    Mes préférés sont :
    un clone encombrant
    la danse du miroir
    Memory

    tu as le meilleur encore à lire, quelle chance !
    (ça me donne envie de les relire… si tu savais les personnages hauts en couleurs qu’il te reste à découvrir… et Ivan s’arrange vraiment avec l’âge (j’ai de la tendresse pour lui entre Miles, Elena et Gregor, il n’a pas eu une enfance facile !))

    Après Komarr il te restera Ekaterin puis Immunité diplomatique (qui est moins bon vraiment)

    Ah, tu vas surement adorer Ethan d’Athos !
    C’est sans Miles mais dans le même univers, avec Elli Quinn, et c’est très très drôle.

    Bonnes lectures !

     
  3. elicad

    24 septembre 2009 at 6:28

    Le problème d’Un clone encombrant c’est qu’il fait partie des volumes qui sont en rupture de stock et non réédités.
    N’empêche je pourrai vous dresser un autel pour m’avoir fait découvrir cette série 🙂

    [edit] Je suis sauvée, ils l’ont à la médiathèque (je me demande si je peux le voler…)

     
    • boite en carton

      24 septembre 2009 at 6:49

      ouf, parce que sans celui-là la suite se comprends moins bien.

      *lis Ethen d’Athos, c’est du yaoi*
      hum kof kof

      ->[]

       
      • elicad

        24 septembre 2009 at 7:06

        Oui ouf, parce que c’est pas comme Barrayar qu’on trouve encore (hors de prix) je l’ai pas trouvé du tout !

        Non mais genre ça va m’appâter… Tssss………. (N’empêche je suis déçue qu’il n’y ait pas eu plus de subtext entre Miles et Thorne… Erm Je sors aussi de mon propre fil)

         
  4. Black

    24 septembre 2009 at 6:32

    Tu m’as inspiré ave ta présentation du roman et de la BD 😉

     
    • elicad

      24 septembre 2009 at 6:34

      Je peux aussi enfoncer le clou en disant que c’est drôle, que c’est de la soft SF (pas besoin de se casser le crâne) et que ça se lit vite 😉

       
  5. Samantha

    25 septembre 2009 at 12:16

    Merci de cette découverte, en tout cas, c’est noté 🙂
    Tu as une très belle vision de la lecture, très juste à propos de ces personnes qui nous marquent si profondément.

     
    • elicad

      25 septembre 2009 at 4:09

      Oh de rien. Il faut savoir partager les bonnes choses 🙂
      Merci !

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :