RSS

Archives du 1 décembre 2012

Librairie Galaxie Bis – Strasbourg

science-fiction

Je souhaitais vous faire connaître une nouvelle librairie qui a ouvert il y a un peu plus d’un mois à Strasbourg.
Il s’agit de Galaxie Bis, spécialisée dans les livres d’occasion. J’avais vu l’info passer sur les réseaux sociaux la semaine dernière et ai décidé d’aller y faire un tour ce matin, pour tester.
Alors…
C’est GE-NI-AL !
La personne qui s’en occupe est un gros fan de science-fiction. Son accueil est extrêmement chaleureux et il est très ouvert à la discussion (on a parlé de numérique, il est à fond pour, se désespère que les anciens auteurs ne soient pas publiés en numérique, et revend ses livres qui ont passé les 70 ans de droits d’auteur à un monsieur qui les diffuse gratuitement en epub). Il pratique des prix très attractifs, de 1.50 € à 30 €. Et les 30 € concernent des très vieilles éditions du début du siècle ou des ouvrages introuvables (genre une première édition des années 50 ou 60)
Ses étagères sont pleines de Marabout, Fleuve Noir, Livre de Poche Horreur, et je ne sais encore quels autres éditeurs.
Les livres sont en très bon état aussi.
Et que dire d’autre pour pousser tous les Alsaciens, Vosgiens et Lorrains à venir y faire un tour en passant ?

L’adresse :
Galaxie Bis
9 rue Lauth
(près de la Place de Bordeaux)
67000 Strasbourg

Le monsieur n’est pas très féru de réseaux sociaux et d’internet, donc pas de site officiel autre qu’un blog peu mis à jour, mais je compte bien le faire changer d’avis.

(Et bon sang ça fait du bien d’avoir enfin un lieu pareil ici, parce qu’on manque sacrément de librairie spécialisée, même si deux des grandes librairies de la ville ont des chefs de rayons SFFF très dynamiques, aux Deux Rives et à Kleber)

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 1 décembre 2012 dans lectures, librairie, science-fiction

 

Les Faucheurs sont les anges – Alden Bell

les-faucheurs-sont-les-anges-928752-250-400

Titre : Les Faucheurs sont les anges
Auteur : Alden Bell
Editeur : Bragelonne
Nombre de pages : 288 pages
Quatrième de couverture :

Temple n’a aucun souvenir du monde avant la chute. Son univers : une Amérique désolée, envahie par des hordes de zombies, où ce qu’il reste de l’humanité se terre dans des camps retranchés. Temple a quinze ans, mais le temps de l’innocence est depuis longtemps révolu. Elle est seule face à la nature, à ses miracles et à sa sauvagerie. Et derrière elle, immuable, se profile l’ombre de l’homme qui a juré de la tuer. Si ses jours sont comptés, Temple est bien décidée à profiter de ce que la vie peut encore lui offrir, et à découvrir ce que dissimule l’horizon.


À lire absolument si on aime :
– les zombies
– le post-apocalyptiques
– les écritures immersives

À éviter si on cherche :
– de la romance
– du happy end
– une étude des zombies (les survivants sont plus intéressants)

L’avis du critique :
Un livre acheté sur un coup de tête. J’avais peur de la couverture, qui hurlait la bit-litt, la romance, le romantisme à quatre sous, et qui, très sincèrement, finalement, ne dit rien de ce qu’on trouve à l’intérieur. Le titre lui-même est trompeur.
Il n’est pas questions d’anges ici, pas de références bibliques, pas d’espoir. Suivre Temple, c’est suivre une jeune fille qui n’aurait pas fait tache dans l’univers de Mad Max. Une enfant sans espoir, mais motivée pour survivre, et qui porte le poids d’une mort pour laquelle elle ne cesse de se sentir coupable. Et pourtant pas d’atermoiements ici, seulement l’instinct qui la pousse à survivre et à aider plus faible qu’elle, tout en étant sans concession avec ceux qui voudraient profiter d’elle.
Trois personnages se détachent de cette histoire, jouant sur les non-dits, quasi muets et pour ainsi dire se laissant porté par un destin que l’on devine, dès les premières pages, mal avisé. Entre Temple, son protégé et l’homme qui les poursuit, surgit une tension molle, sans éclat d’actions ou de cliffhanger. Une tension que reflètent la mollesse et la lenteur des zombies qui ont détruit ce monde.
Un véritable bijou pour moi, ces Faucheurs

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 décembre 2012 dans lectures