RSS

La répulsion de Karst Olenmyl – Sébastien Gollut

30 Nov

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio.

J’ai donc reçu La répulsion de Karst Olenmyl de Sébastien Gollut, novella publiée aux éditions Griffe d’Encre en 2008.

En voici le quatrième de couverture :

Le voyage de Karst Olenmyl touche à sa fin tandis que le village de Selme point à l’horizon. La destination aura monopolisé tous ses efforts, toute son attention… Il ignore d’ailleurs ce qu’il doit accomplir là-bas. Peut-être le saura-t-il sur place ? Hélas, une force incroyable lui interdit l’accès du hameau ; soufflé, vaporisé, son corps disparaît.

Quelque part sur le continent dévasté des Jémellides, un homme s’éveille péniblement. Il se nomme Karst Olenmyl. Il est amnésique, et seul brûle dans son esprit un impératif lancinant : il doit se rendre à Selme…

 

Un plaisir constant et une sensation d’inachevé. Ce sont les deux sentiments que j’ai eu, apparemment contradictoires, en refermant La Répulsion de Karst Olenmyl. La seule chose dont je sois pour l’instant assurée, c’est que, après la lecture des premiers Contes Miyalgiques de Nathalie Dau, et le recueil de nouvelles de Jérôme Noirèz, mon troisième plongeon dans l’univers de Griffe d’Encre prend des allures de retrouvailles avec une ligne éditoriale originale et vraiment plaisante (de là à dire que je vais les dévaliser à Epinal… ou que je vais m’empresser de leur soumettre quelques textes, il n’y a qu’un pas ^^)
Mais revenons à Olenmyl et sa répulsion. Un personnage mystérieux, un sort étrange, une obsession irraisonnée et, de loin en loin, se dessine un univers complexe, riche et très construit. On a peut-être tendance à oublié qu’il est fort possible de révéler des mondes entiers en « juste » une novella.
On prend un plaisir certain à suivre les interrogations et les souffrances d’Olenmyl, et à rencontrer les trois autres personnages qui lui tournent autour.
Et puis… Et puis ça s’arrête là où l’on voudrait vraiment continuer. Ce sera ma seule critique sur ce texte. J’aurai aimé que les dix lignes de la fin soit multipliées par cent !
En conclusion, un livre de fantasy / post-apocalyptique à découvrir :

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 30 novembre 2010 dans lectures

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :