RSS

Vers le nanowrimo : étape 1.

10 Oct

Hier, grâce à Gaby, puis grâce au forum francophone du nanowrimo, et enfin grâce à Randy Ingermanson, j’ai découvert la méthode du flocon. C’est joli comme nom et, surtout, c’est très efficace. La méthode s’étend sur 10 étapes, et se fait en environ 3 semaines pour les 8/9 premières (la 10ème étant la rédaction du premier jet) Autant dire que je suis déjà sacrément en retard. Ceci dit, j’ai quand même décidé d’appliquer cette méthode au Mercenaire inverti et la princesse oubliée, mon projet nanowrimo 2010.

Alors, on commence avec la première étape (et la petite introduction du père de la méthode :

Avant de commencer à écrire, vous devez vous organiser. Vous devez mettre toutes vos merveilleuses idées sur le papier sous une forme que vous pourrez utiliser. Pourquoi ? Parce que votre mémoire est faillible, et votre créativité a peut-être laisser quelques trous dans votre histoire – des trous que vous devez combler avant de commencer à écrire votre roman. Vous avez besoin d’un document témoin. Et vous avez besoin de le construire en suivant un processus qui ne va pas affadir votre désir d’écrire l’histoire. Voici mon processus en dix étapes pour écrire ce document témoin. Je l’utilise pour écrire mes romans, et j’espère qu’il vous sera utile.

Etape 1) Prenez-vous une heure pour écrire un résumé en une seule phrase de votre roman. Cette phrase va vous servir tout le temps, comme un mémo, un rappel. C’est votre grand tableau.

Quand, plus tard, vous présenterez votre livre à des éditeurs, cette phrase apparaîtra rapidement dans votre lettre. C’est l’accroche que vous fera vendre votre livre à l’éditeur, au comité de lecture, aux commerciaux, aux libraires et même aux lecteurs. Donc, faites-là la meilleure possible.

Quelques trucs pour faire une bonne phrase :

–          Plus c’est court, mieux c’est : essayer en moins de 15 mots (je ne sais pas si c’est possible en français ça ^^)
–          Pas de noms de personnages ! Préférez un groupe nominal caractérisant (un trapéziste handicapé) plutôt que « Paul Martin »
–          Liez le grand tableau au tableau personnel. Quel personnage a le plus à perdre dans l’histoire ? Maintenant dites-moi ce qu’il ou elle veut/peut y gagner.

Et après une petite heure de creusage de méninge, voici ce que ça donne :

Dans le royaume de Elss, un mercenaire inverti accompagné de son jeune écuyer, princesse en fuite et travestie, se fait grassement payer pour éliminer les dragons qui ravagent les campagnes ; jusqu’au jour où il doit affronter le plus puissant d’entre eux.

Oui ça fait plus de 15 mots, mais je dis qu’en français, c’est pas possible…

Petite explication sans importance : pourquoi le royaume d’Elss ? Je pense que c’est un nom que je reprendrai dans beaucoup de mes futurs textes de fantasy. C’est mon côté chauvin, et Elss est un dérivé d’Elsass, le nom « régional » d’Alsace 🙂 Oui, on n’a pas des menhirs (quoique) mais on a de sacrés forêts pleines de trucs pas très catholiques quand même…

Demain on passe à l’étape 2 !

Et vous pouvez suivre (hop page de pub) le propre nano de Gaby sur son blog : ici !

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 10 octobre 2010 dans écriture

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :