RSS

Ikigami – Motorô Mase

24 Jan

En tapant « Ikigami » sur google, j’ai été surprise de constater qu’on le comparait surtout à Death Note. Cela m’a paru étrange parce que Ikigami se place sur un plan totalement différent, rejoignant plus, à mon avis, les constats accablants, qu’ils soient réalistes ou d’anticipation, de Say Hello to Black Jack et Battle Royale. Le point commun ? L’administration, sujet totalement absent de Death Note et « personnage » principal, meneur de marionnettes des trois autres.
Ikigami est un récit d’anticipation uchronique. un futur proche ou un monde parallèle où une décision aurait été prise, une loi votée, qui n’existe pas ici mais qui aurait pu. Afin de contrôler sa jeunesse et donc sa population, le Japon, sous le contrôle des Etats-Unis, vote au lendemain de la guerre une loi : tous les enfants entrant à l’école seront vaccinés et, sur mille injections, une contiendra une bombe qui explosera une vingtaine d’années plus tard. Cette menace anonyme, abstraite (on ne sait pas qui a reçu cette injection mortelle) doit permettre aux jeunes gens de mesurer la valeur de leur vie. Ce sont des fonctionnaires qui sont chargés de donner l’ikigami (arrêt de mort) aux futures victimes vingt-quatre heures avant le moment fatal, afin qu’elles puissent profiter de leur dernière journée.
L’existence de l’ikigami est un fait absolu et non remis en question, bien qu’il soulève des critiques (mais pas trop, le soulèvement idéologique est sévèrement réprimé) Et l’auteur ne se met jamais en position de juge, ce qui rend l’histoire de ces morts en sursis très ambivalente. Il ne s’agit pas (encore) de lutter contre l’idée de l’ikigami comme on peut lutter contre l’idée de la peine de mort ou de l’euthanasie, mas de montrer ce que, face à une disparition contre laquelle ils ne peuvent rien faire, les personnages vont faire : vengeance ? larmes ? suicide ? attente ? Et le poids de ces morts administratives, comment est-il supporté par l’agent qui délivre les ikigami ? Est-ce qu’il s’habitue ? Est-ce qu’il « ne fait que son boulot » ? Est-ce qu’il va se révolter ? Ou pas ?
Où la science-fiction peut ramener à des réflexions bien plus sérieuses que ce que l’on pouvait attendre, finalement.
Ikigami est également un récit dramatique, très peu « tire-larmes » mais émouvant. L’auteur arrive à créer des personnages suffisamment variés pour qu’ils réagissent tous de manière différente à leur mort ou à la mort de leur proche (enfant, amant, ami, etc)

J’attends avec impatience le cinquième volume à sortir, très intriguée de savoir où l’auteur va réussir à nous emmener.

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 24 janvier 2010 dans lectures

 

Étiquettes : , , ,

2 réponses à “Ikigami – Motorô Mase

  1. Intercalaire

    24 janvier 2010 at 10:09

    Je l’ai vu en rayon et j’ai hésité très fort à le prendre, mais tu m’as convaincu ! 😀
    Je vais sans doute commencer la série, le pitch me plait beaucoup.

     
    • elicad

      24 janvier 2010 at 10:25

      Tu ne regretteras pas. Si tu as encore des doutes, je peux toujours te rapporter le premier volume en avril 🙂

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :