RSS

Changement de point de vue : Madame Invisible

07 Nov

Est-ce que vous avez remarqué que c’est toujours quand on n’a rien sous la main pour écrire que l’on a des idées ? Si, sans doute, un peu comme on se persuade que les colis de la Poste n’arrive jamais correctement parce que ce qui se passe mal se mémorise plus facilement que ce qui se passe bien. Bon, je ne suis pas certaine de l’acuïté de la comparaison mais passons…
Or donc, c’est quasiment toujours en passant devant la Fac de Lettres pour rejoindre le centre ville et faire un crochet par mon magasin de tissus préférés que j’ai le déclic. Et jamais rien pour le noter.

J’ai le complexe de la femme invisible. C’est comme ça, un subtil mélange de complexe d’infériorité et d’asociabilité latente. Je me soigne, même si j’ai des sacrées crises de paranoïa encore de temps en temps (trop souvent à mon goût). Une des façons d’exprimer ça, c’est de l’écrire. Mon bon détective du surnaturel aura donc à faire à un met ou à un autre à une jeune fille qui disparaît parce qu’on l’oublie (un mini texte sur elle était parue dans l’antre-lire sous le titre de l’Evaporée)
Et puis il y a Gil (les Invisibles reposent entièrement sur le thème de l’invisibilité mais c’est mon héroïne qui la caractérise le mieux) Sauf qu’à vouloir décrire ce traumatisme personnel, je l’ai transformée en fille molle et faiblarde. On repassera non seulement pour l’attractivité du personnage mais aussi pour la cure par l’écriture, pas très efficace (c’est plus une action de se morfondre à ce niveau-là)
C’est alors qu’en relisant les analyses de mes bêtas afin de reconstruire le fil de correction sur le forum des grenouilles que je suis revenue sur une scène qui avait plu parce que tranchant singulièrement sur les autres. Gil s’y montrait certes paranoïaque et effacée (pas dans le sens de timide) mais aussi retorse, violente et clairement sadique.
Dzing !
Et si elle prenait plaisir à cette faculté d’être oubliée ? Si, dès avant le début de l’histoire, elle avait pris un malin plaisir à observer son monde sans être vue, développant une certaine aversion teintée de cynisme envers ses semblables, à peine plus inéressants que des écrous, ou moins, sachant la passion de Gil pour la mécanique ?
Je suis partagée entre le pitoyable (trouver ça au bout de plus d’un an de correction !) et le jubilatoire.

Publicités
 
10 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2009 dans écriture

 

Étiquettes : , ,

10 réponses à “Changement de point de vue : Madame Invisible

  1. boite en carton

    8 novembre 2009 at 11:12

    Voilà qui me semble particulièrement intéressant comme développement pour Gil.
    Il va falloir tout de même que tu lui laisses quelque chose d’attachant pour que le lecteur se sente proche d’elle…
    Par contre si elle est observatrice, ça va te forcer à décrire plus le monde tel qu’elle le voit et ça ce sera certainement positif. J’ai hâte de voir quel ton la voix de Gil va prendre. c’est vrai que la Gil du dîner m’a beaucoup plus, mais je l’ai senti plus amorale que sadique, ne cherchant pas à prendre plaisir à faire souffrir mais sa paranoïa justifiant ses actes.

     
    • elicad

      8 novembre 2009 at 12:10

      Je vais reprendre toute l’intro aujourd’hui pour tester et voir comment ça fonctionne.
      Oui voilà, amorale ^^ Merci pour la correction !

       
  2. Blackwatch

    8 novembre 2009 at 12:19

    Il n’est jamais trop tard pour avoir de bonnes idées ! 😉 Bon travail !

     
  3. NB

    9 novembre 2009 at 7:15

    Je vote pour le jubilatoire ! Quand on a le nez dans un texte, on ne peut pas forcément tout voir. Heureusement que les bêtas sont là : on peut prendre du recul et trouver enfin comment décoincer des choses !

    PS : féloches pour tes perles angéliques !

     
    • elicad

      11 novembre 2009 at 9:39

      Merci et merci pour eux ! 🙂

      PS : thank you ! (ça me donne envie de refaire des AT. Ca me manque vraiment de trop)

       
  4. Syven

    10 novembre 2009 at 11:13

    Je vote pour le jubilatoire. Si tu le sens, fais ce qui doit.
    😀

     
    • elicad

      11 novembre 2009 at 9:40

      Je fais je fais. Sinon je vais avoir la pression avant même d’arriver à la convention….

       
  5. Samantha

    11 novembre 2009 at 3:16

    Je ne connais pas très très bien tes projets mais en tout cas, ton raisonnement me paraît très intéressant 🙂

     
    • elicad

      11 novembre 2009 at 9:40

      Merci !
      C’est la première fois que je fais autant d’analyse sur un texte de mon crû, ça fait très bizarre…

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :