RSS

La fantasy c’est merveilleux

28 Oct

25444370_crimson_spell_artbook_05

Mine de rien, comme ça, j’ai beaucoup hésité avant de faire cet article. D’abord parce qu’il va m’ôter, genre, 85% de mon lectorat, et qu’ensuite le dernier post de critique fait ici n’était déjà pas bien élevé intellectuellement. Donc sachez tout de suite que je ne vais pas m’élancer dans des considérations philosophiques ici, et que la bande dessinée dont je vais parler ne concerne qu’une partie de la population féminine relativement réduite dans la vie vraie de tous les jours.  Et en plus, c’est quand même, un peu, dans une certaine mesure, du, euh… c*l.
C’est un peu la honte quand même d’avouer qu’après Berserk dont j’ai parlé il y a quelques temps maintenant, Crimson Spell est ma seconde oeuvre (films, livres, BD confondues) de fantasy préférée. Parce qu’à la base, ce n’est qu’un manga yaoi hard. J’ai profité d’un bon d’achat de mamazone pour me procurer les deux premiers volumes chez l’éditeur américain KittyMedia (non c’est pas encore sorti en France, et comme il ne paraît qu’un volume par an, c’est mal barré pour l’avoir en français)
Ceci dit, passés les deux premiers chapitres qui ne sont que prétextes à de joyeuses parties de jambes en l’air, il y a quand même une histoire là-dessous : le Prince Valdrigr, pour protéger son royaume d’une invasion de démons supérieurs, prend possession d’une épée maudite, qui avait déjà détruit un de ses ancêtres. Il est maintenant maudit, lié par un sortilège maléfique à son arme, et s’exile volontairement, partant à la recherche d’un sorcier assez puissant pour le libérer. Le-dit sorcier, Halvir, grand collectionneur d’objets bizarres, a lui été exilé contre son gré de son pays pour avoir, sans le faire exprès, fait disparaître son école, la bibliothèque magique et le plus grand sorcier existant par un sort de magie ayant mal tourné (il avait 10 ans)
L’histoire suit donc la quête de ces deux personnage. Halvir va combattre son passé et le prince va affronter le monde des démons. Entretemps ils récupèrent un animorphe en forme de lapin kawaii et tuent un dragon. Bon, et comme quand il est inconscient ou, disons, excité par le combat, Val se transforme en démon, Hal trouve un moyen très pratique de le « détendre » (je n’en reviens pas que je suis en train d’écrire ça là, en fait…)
Bon pourquoi parler ici de ce genre de littérature ? Eh bien parce que c’est déjà très beau. Il faut être bien entendu sensible à l’esthétique manga, voire à l’esthétique particulière de certains auteurs de shôjo (on est assez loin des grands yeux et des petites fleurs), mais Ayano Yamane est quand même une sacrée dessinatrice. Si vous n’appréciez pas ses figures longilignes et ses visages très anguleux, il suffit de regarder ses châteaux, ses forêts, ses chevaux, ses chevaux maléfiques et ses dragons *-*
Ensuite la mise en scène est très sympa, très shônen. Ici on ne perd pas son temps dans les pensées existentielles des personnages. C’est plutôt carré, et très dynamique.
Et puis enfin, c’est quand même très drôle (même si j’ai un humour particulier, il faut me croire) L’histoire est là, mais elle est traîtée de façon relativement légère (des fois c’est un peu dommage d’ailleurs), et il y a toujours un gag dans un coin de case qui fonctionne.

Alors voilà, vous avez été trois à lire l’intégralité de cet article, alors, tous les trois, essayez ce manga, ou offrez-le à votre femme, petite copine, soeur, copine, ou que sais-je. C’est quand même une valeur sûre (et puis c’est beaucoup moins traumatisant que l’autre histoire de l’auteur, dont je ne veux pas parler ici)

Je reviendrai la semaine prochaine avec le résumé culturel du mois et les compte-rendu des Utopiales !

Publicités
 
8 Commentaires

Publié par le 28 octobre 2009 dans lectures

 

Étiquettes : , , ,

8 réponses à “La fantasy c’est merveilleux

  1. Intercalaire

    28 octobre 2009 at 8:39

    Prêtes-les moi !
    Genre, je dois pas avoir tout lu de ce qui est paru (mais ha ha ha! j’ai lu ton article jusqu’au bout!)

     
    • elicad

      28 octobre 2009 at 8:41

      Oui mais tu fais partie du public « cible » ^o^
      Je te les passerai. J’avais lu jusqu’au début du second volume, mais après c’était que de l’inédit ^^ (et j’espère que le troisième volume paraîtra bientôt)

       
  2. Michel

    28 octobre 2009 at 11:09

    J’ai horreur de la fantasy, mais je reviendrai 😉

     
    • elicad

      29 octobre 2009 at 7:47

      Merci, moi aussi je déteste la « Fantasy » (mais la fantasy par contre, ça va, y’a des bonnes surprises) 🙂

       
  3. daerel

    29 octobre 2009 at 3:46

    J’ai beaucoup ri en lisant ton sujet.

    Et sache que le lectorat féminin appréciant les yaoi est assez énorme.

    Après, c’est une question de goût. J’en suis resté au shonen basique personnellement 😀

     
    • elicad

      29 octobre 2009 at 7:48

      Merci ! C’est au moins un bon point pour moi ! 🙂
      Oh je sais, sur l’internet du moins. Dans le monde vrai et réel, ça me surprend toujours d’en rencontrer une qui connaisse et apprécie ^^

       
  4. Blackwatch

    29 octobre 2009 at 5:00

    J’aurais davantage de difficulté avec le dessin – les mangas ne sont pas toujours ma tasse de thé justement à cause de ça – mais je note la suggestion de lecture ^^

     
    • elicad

      29 octobre 2009 at 7:48

      Bon en même temps ça reste un manga de cul, à la base. Mais c’est très joli !

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :