RSS

Avancée…

24 Juin

Il lui fallut cependant tourner en rond pendant encore quelque temps avant de repérer l’arête droite d’un mur à moitié cachée par les roches. Contournant le bâtiment adossé au relief accidenté du paysage, Dalaan sentit son humeur s’améliorer, tout en prenant conscience de la fatigue qui le tenait. La porte du refuge n’avait pas été ouverte récemment et, pénétrant dans l’unique pièce, Dalaan se rendit compte rapidement qu’il n’y avait rien à craindre ici.

A la lumière d’un néon de faible puissance, le refuge dégageait une étrange torpeur. Une fine couche de poussière recouvrait meubles et caisses de survie. Sur le tableau de contrôle, accroché à droite de la porte, était notée le dernier passage de l’équipe de sécurité de la colonie. Celle-ci datait de trois mois. Dalaan en conclut qu’il n’y avait eu personne d’autre ici depuis.

Il déposa le plus doucement possible Gil sur l’unique lit de l’abri. En fait de lit, il s’agissait d’un bloc de béton qu’il recouvrit d’une couverture de survie. Tant bien que mal, il recouvrit la jeune fille. Le froid pénétrait l’intérieur de la pièce malgré l’épaisseur des murs et de la porte. Affaiblie comme elle l’était, Gil pouvait tomber malade en quelques heures à peine. Presque timidement, Dalaan approcha la main de son front : pas de fièvre, pas pour l’instant.

Rassuré, le jeune homme fit le tour de la pièce. Il y trouva, à proximité de la caisse où étaient rangées les couvertures, deux grandes vestes chaudes et des barres énergétiques. Cela irait. Maintenant il lui fallait un plan et savoir exactement où ils se trouvaient.

Alors qu’il fouillait les étagères les plus hautes, Dalaan vit ses mains trembler. Ca devait être la fatigue, une retombée du stress ; il avait juste besoin de repos, une ou deux heure de sommeil, et aussi d’un bandage pour la sale brûlure qu’il avait à la main. De toute façon, qui viendrait les chercher ici ? Il l’avait dit à Gil : les monstres ne partiraient pas à leur recherche avant trois ou quatre heures, voire même plus. Ils devraient d’abord trouver une explication aux morts qu’il y avait eu au garage, n’est-ce pas ? Parce que toute la direction de l’Ecole ne pouvait pas être parasitée, sinon, quelqu’un s’en serait rendu compte, forcément.

On se gonfle la poitrine ou pas ?

59902 / 100000 words. 60% done!

Yeah !

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 24 juin 2009 dans écriture

 

Étiquettes : , , , ,

2 réponses à “Avancée…

  1. Intercalaire

    24 juin 2009 at 10:01

    Ha! Je l’ai lu ce passage ! 😀
    (et survie, c’est avec « e », pas « t » ^o^)

    Sinon, 60% : YAY !!!!!!!!
    \o/
    Go toi ! Tu déchires !

     
  2. elicad

    26 juin 2009 at 9:21

    Ben oui, j’ai pas tellement avancé que ça non plus ;p
    (j’ai corrigé, et pas que celle-là en plus, bouh ;_;)

    Allez, j’en suis à 64, je peux faire les 75% aujourd’hui (même si j’aurai préféré du 80…)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :