RSS

Semaine cinéma #6

09 Fév

Un week-end joliment cinématographique cette semaine…

14. L’Etrange Histoire de Benjamin Button, David Fincher.

Un film magnifique, qui m’aura fait pleurer en deux scènes au début (l’hôpital m’a furieusement et douloureusement rappelé une expérience personnelle, et l’histoire de l’horloger), et à la fin, pour m’émerveiller pendant tout le reste. Au contraire de beaucoup, je n’ai absolument pas vu le temps passer (un comble pour un film qui parle du temps qui passe ^^), au point d’être étonnée de l’heure tardive en sortant de la salle. Brad Pitt est tout en intériorisation, et les trois actrices sont magistrales. Et puis, bon sang, utiliser aussi bien les effets spéciaux pour une histoire sans aliens et sans robots, quelle claque !

15. Morse, Tomas Alfredson.

Maintenant que j’ai évacué toute la frustration d’une séance ciné gâchée, le film ! Mon dieu, je pense que si Gus Van Sant (un réalisateur que j’admire profondément) décidait un jour de faire un film de vampires, il n’en ferait pas un différent. La Suède en plein hiver, les années 80, un garçon de douze ans que les brutalités de ses camarades de classe mène peu à peu au point de non retour et au désir de vengeance violente (dans des scènes où, imitant De Niro, il glace le sang du spectateur) Mais le petit Oskar va être sauvé par son/sa nouveau/elle voisin/e, vampire qui a douze ans depuis très longtemps. Le blondinet diaphane et la brunette vont se lier d’une amitié étrange où les différences (vampire/humain, relation garçon/fille ou garçon/garçon, puisqu’on n’est jamais très sûr du genre d’Eli) sont abolies, au milieu d »adultes paumés et fantômatiques. Si sur une scène, le réalisateur a pu faire des choix un peu maladroits, le film reste d’une maîtrise et d’une retenue rare, et d’une sensibilité merveilleuse, très très loin des bluettes vampiriques du mois de janvier.
Précision par rapport au titre. L’original était « Laisse entrer le bon », qui reprend un fait issu de la légende stokerienne où un vampire ne peut rentrer chez une personne que si on l’y invite. Le titre prend tout son sens dans deux scènes du film, qui construisent la relation de confiance s’établissant entre les deux héros. « Morse » ne concerne pas du tout l’animal marin, mais le moyen qu’a trouvé Oskar pour communiquer avec Eli, à travers les murs de leurs appartements respectifs. Un beau titre quand on a vu le film, mais sans doute très nébuleux pour quelqu’un qui ne l’a pas encore vu ^^
Pour l’instant mon petit préféré de 2009, même s’il n’est pas parfait.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 9 février 2009 dans cinema

 

3 réponses à “Semaine cinéma #6

  1. Boite en carton

    10 février 2009 at 1:05

    Merci ! 🙂
    En fait, je comprends bien ta frustration. Je déteste aussi, lorsque je viens de vivre un truc, qu’on me ramène durement dans la réalité avec une réflexion négative.

    ça me rappelle une expérience de mon adolescence. J’étais allé voir un feu d’artifice du 14 juillet pour la première fois depuis des années. Pas de loin, depuis mon balcon, mais directement dans la foule. J’avais attendu dans la cohue pendant des heures afin d’être idéalement placé au plus près du spectacle, collé au long du muret qui surplombait le port.
    Et j’en ai pris plein la vue ! La musique hollywoodienne à fond, fusées qui éclataient juste au dessus de ma tête, c’était si incroyable que j’avais l’impression d’être dans la nef d’une immense cathédrale de lumière.
    A la fin du spectacle, j’étais transporté, je restais là à fixer le ciel redevenu sombre, bouche ouverte, bras ballants, l’œil humide… et puis des types passent à coté de moi et l’un dit à l’autre :
    « ouais, il était bof cette année, j’ai vu mieux… »

    Fin du monde !
    Ma si belle expérience venait d’être piétinée par des beaufs blasés en tongs et T-shirt à fleurs !!!

    Donc je comprends qu’une simple remarque, relativement anodine hors contexte, puisse gâcher une belle expérience cinématographique de la même façon.
    Moi j’aime bien les films ou les livres où le fantastique et le merveilleux naissent des ambiguités et des non dit.
    Et puis un gamin qui aurait 12 ans depuis bien longtemps, ça change forcément quelque chose (je pense au contenu de la remarque si désagréable, le coté « ça ne change rien qu’il soit un vampire)
    C’est quoi, un vampire avec un corps de 12 ans ? un adulte dans un corps d’enfant ? un enfant malgré tout ? On est forcément influencé par la façon dont les gens nous perçoivent et nous traitent je pense… (quoique je ne sais pas comment un vampire peut penser)

    Je ne ferais pas de commentaires sur les ados vampire d’une centaine d’année qui sont toujours puceau et qui ont des shining nippples… (oui, j’ai écouté le « Gred and Forge show » ce weekend et je suis encore sous le choc…)

     
  2. Vladkergan

    15 février 2009 at 1:56

    Un de meilleurs films de vampire de la décennie. Une réalisation sans faille, des acteurs (surtout les deux principaux) impressionnant de crédibilité, une photographie superbe, qui rehausse le côté glacial de l’ensemble.

    On a là LE film de vampire qui enfonce de loin tout ca qu’à produit le genre depuis des années, après les poussifs Underworld et le mièvre (euphémisme) Twilight.

    Par contre concernant le titre original du film, le réalisateur nous a confié en avant-première que c’est une chanson de Morrissey qui le lui a donné, Let the right one (slip) in. Etant donné que le public français n’aurai pas forcément compris la référence, la distribution française a ainsi choisi de renommer le film (une référence à une des manière qu’on les deux enfants de communiquer).

    Une chronique du dit film, plus axé sur le mythe des vampires, est consultable ici : http://blog.vampirisme.com/vampire/?419-alfredson-tomas-morse-2009

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :