RSS

Fascination – Stephenie Meyer

17 Sep

Il va falloir aujourd’hui que je vous avoue quelque chose qui me fait un peu honte : je n’ai pas fini ce livre. Je n’ai pas pu. Je m’étais pourtant promise de le lire en entier, de la première à la dernière page, avant d’en livrer une critique, mais, très sincèrement, c’était au-dessus de mes moyens.

Voici l’histoire de Fascination, le best-sellers vampirique de Stephenie Meyer, mormone de son état (cette précision a toute son importance) : La jeune et rebelle Bella (surtout ne l’appelez pas Isabella elle aime pas) s’installe chez son père (qu’elle déteste), dans une région pluvieuse (qu’elle déteste) et rencontre plein de gens sympas (qu’elle n’aime pas vraiment) dans le lycée du coin. Et voilà la jeune et pure demoiselle tombant éperdument amoureuse du bel Edward, vampire de son état.

Bon, pourquoi pas, j’ai déjà dit ici qu’une histoire adolescente sur fond de vampire, ça me paraissait super chouette (j’aime les vampires) Mais là, mystérieusement, ça ne passe pas du tout !

Tout d’abord, il y a l’écriture. Je ne sais pas si c’est juste la traduction qui est mauvaise, ou si Stephenie Meyer écrit vraiment comme ça, mais des fois, certaines phrases me laissent pantoise. Genre : « J’eus du mal à ne pas béer d’hébétude »… Bon, ok, ça c’est sans doute un (gros) problème de traduction, mais il y a aussi l’utilisation de mots relativement soutenus (et de quelques subjonctifs imparfaits) alors que tout est écrit à la première personne qui, je le rapelle, est une adolescente américaine de 16 ans. C’est peut-être que moi, mais j’ai eu un mal de chien à passer outre ces grosses fautes de goût.
Remarquez j’ai eu du mal avec Bella aussi. Je suppose que Stephenie Meyer a voulu souligner la solitude et le mal être d’une adolescente normale. Soit. Mais Bella traite son père (brave homme certes ours mais qui fait de son mieux) comme de la m****, ses amis ploucs comme de la m****, et elle est malheureuse, et elle se trouve moche avec sa peau « très pâle, presque translucide », et tout l’ennuie, et blablabla et blablabla. Être dans la tête de Bella est fatigant, les personnages qui se concentrent sur eux, rien que sur eux, juste pour déprimer parce que leur petite vie est tellement minable et que c’est la « fatalité », autant dire que ça me gonfle à un point peu commun.
A partir de là j’avoue que lire Fascination a été une véritable torture.
Mais ensuite viennent les considérations, disons, « vampiriques » et « adolescentes »… En bref, Fascination manque de sensualité. Ou plutôt Fascination a autant de sensualité qu’une sitcom des années 80 tout public (genre la Fête à la maison) Bella rêve de son Edward au lit ? Elle a du mal à dormir et mal au ventre mais jamais sa main n’ira la soulager (même pas métaphoriquement !) Bella et Edward sont seuls ? Ils se regardent les yeux dans les yeux en se tenant pas la main. Bella et Edward sont seul au lit ? Bella lui demande s’il peut… se marier !
HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!! (j’avais prévu de rester courtoise, pardonnez cet accès de douloureuse colère)
Je ne demande pas un livre porno non plus, je demande à lire l’historie d’une ado normale, qui découvre l’amour, forcément physique, avec un vampire manipulateur, et là j’ai une espèce d’amourette hyper politiquement correcte où les vampires ont autant de piment qu’un coca-cola zéro ! (oui le zéro ! celui qui ressemble à de la mauvaise limonade aromatisée !)

Bref, je n’ai pas fini Fascination, et je ne compte absolument pas le finir…

Publicités
 
35 Commentaires

Publié par le 17 septembre 2008 dans lectures

 

Étiquettes : , ,

35 réponses à “Fascination – Stephenie Meyer

  1. Moussaillon

    18 septembre 2008 at 8:22

    Moi je dis que bon, à 100 p. de la fin tu as été déjà super courageuse!
    Ceci dit, ça me conforte dans l’idée que non, non, je ne lirais pas ! 😀

     
    • maxime

      6 novembre 2009 at 6:46

      moi je l’ai terminé et je lis les suivants , les expressions me laissent songeur, j’aime particulièrement cette manière d’écrire et de contourner les choses , mais il est vrai qu’il faut une certaine culture littéraire et une maîtrise du vocabulaire en poche pour parvenir à comprendre le sens , chose que beaucoup de gens n’ont pas apparemment ..

       
  2. elicad

    18 septembre 2008 at 8:14

    Moussaillon> Ce qui me perturbe, c’est que j’ai du mal à trouver des critiques négatives du bouquin sur le net. A croire que j’ai pas du tout lu le même livre que les gens ! Je ne comprends pas. Le succès me laisse vraiment très perplexe….

     
  3. mari

    18 septembre 2008 at 9:12

    wow il na pas plus conne que toi!!! c’est un peu normal que quelle qu’un d’aussi stupide que toi n’ai pas aimé ce livre tu n’avais qu’à arrêter de le lire et si tu n’aimes pas la traduction en français ta juste à apprendre l’anglais asshole il ni a que les taré qui non pas aimer ce livre

     
  4. elicad

    19 septembre 2008 at 6:31

    Mari> Merci pour ce commentaire très constructif. Ca fait toujours plaisir ^o^

     
  5. Andromède

    19 septembre 2008 at 5:34

    Morbleu, tu es la première dont je lis qu’elle n’a pas aimé les bouquins de Meyer 😀 Je ne l’ai pas lu, et ne compte pas le lire ( je n’arrive pas à prendre ce genre d’histoire mille et mille fois revue au sérieux ), et tes commentaires me confortent dans mon opinion ! ( rien que la phrase sur l’hébétude et le personnage de la nana me donnent envie de m’enfuir en courant ).

     
  6. elicad

    19 septembre 2008 at 7:00

    Andromède> Tu ne rates rien. Mais n’empêche que toutes ces critiques positives me laissent perplexes (j’ai l’impression de me répéter ^^) Autant tous les goûts se respectent, autant le fait qu’un bouquin que j’ai trouvé vraiment faible plaise à tant de monde… Je sais pas, c’est bizarre.

     
  7. Boite en carton

    24 septembre 2008 at 8:37

    Hum, si je peux me permettre, c’est un peu le risqué de lire à 30 ans des bouquins pour jeunes ados… On n’aime plus les mêmes choses et ce qui est intéressant quand on est jeune manque de maturité plus tard. J’ose espéré que l’on devient plus exigent.
    Des très bons livres pour ados qui me plaisent toujours maintenant… euh… je sèche (suis-je trop exigent ?)
    Tant mieux si le livre trouve son public. Tant pis si le public ne fais pas honneur au public, n’est-ce pas moussaillon ?

     
  8. timli

    1 octobre 2008 at 8:04

    c’est dommage que vous n’ayez pas aimé, c’est sûr que les 2 personnages pourraient être un peu plus entreprenant, maintenant se ne sont pas 2 adolescents normaux, il ne faut pas oublier que lui est un vampire et qu’elle est son repas, donc s’ils se tombaient dans les bras dés le 1er bouquin je pense que là il y aurait problème… et je pense que toute la force de cet amour vient de là, ils s’aiment tellement qu’elle n’a pas peur de lui et lui ne lui fera jamais de mal. J’approche de la trentaine et pourtant ce livre m’a laissé rêveuse, il ne faut pas s’atarder sur les détails de l’écriture mais s’évader avec l’histoire, forcement si vous pensez aux fautes d’écriture plutôt qu’à l’amour qui unit les 2 personnages… ?

     
  9. elicad

    1 octobre 2008 at 8:25

    Et moi je pense que la construction psychologique des personnages ne tient pas, et oui, je refuse d’apprécier un livre s’il est mal écrit. Au contraire, gâcher une histoire qui aurait pu être vraiment fascinante avec une écriture aussi pauvre me fait détester encore plus le livre.
    Et pourtant je suis tout aussi romantique que tout un chacun.

     
  10. timli

    3 octobre 2008 at 5:14

    Peut être alors que dans ton cas, tu apprécieras plus le film s’il sort en France parce qu’il a l’air de relater l’atmosphère romanesque que tu n’as pas pu trouver dans le livre. Je trouve que c’est une belle histoire d’amour, et si tu n’as pas pu t’en rendre compte dans le bouquin parce qu’il n’est pas assez bien écrit tu verras l’histoire autrement dans le film, enfin j’espère parce que l’histoire en elle même est très jolie et c’est très rare que les histoires d’amour aussi forte finissent bien, le plus souvent il y en a 1 qui meurt si ce n’est pas les 2… et le fait que lui soit un vampire renforce leur lien amoureux car il parvient à maitriser son envie de la tuer car elle est l’amour de sa vie.

     
  11. Ami du jour

    3 octobre 2008 at 7:14

    Je comprend, je t’avouerai que moi aussi l’orthographe m’a fortement choqué et même les répétitions ! Parce que bon dieu qu’est-ce que certains mots reviennent souvent (peut etre la traduction, je l’aurai bien vérifié mais je ne suis pas assez doué en anglais !) De plus, tu as raison, elle traite ses « amis » comme de la merde, elle est un poils égoiste avec eux mais c’est surtout après qu’elle est rencontré Edward, elle est comme absorbée part lui et se fiche des autres des quils commencent à avoir une relation et je comprend, oui c’est vrai quand on est jeune est amoureux on a l’impression qu’a part LUI plus personne ne comtpe ! Par contre, elle ne traite pas son pere comme de la merde, elle s’inquiete beaucoup pour lui et est reconnaissante pour tous ce qu’il fait pour elle ! elle ne lui montre peut etre pas, masi excuse moi, mon pere resterai devant la tv tous les soirs et irait a la peche tous les week end… ca me foutrait un peu les boules ! Ensuite, le fait qu’il n’y ait pas dfe sexualité… ils en parlent mais lui ne veut pas de peur de ne pas se maitriser et de la tuer en un geste ! et oui ! il doit se controler pour ne pas la mordre et le sexe c’est une perte de controle. Cela dit, ils passeront à l’acte ne tinquiete pas. Enfin, tu mexcuseras mais elle a a peine 16 ou 17 au début du bouquin je ne sais plus et tous deux n’ont aucune experience ! normal quils soient réticent et quils nosent pas ! Ensuite, il veut l’épouser, elle ne veut pas elle trouve ca debile de se marrier adolescent. Enfin, leur histoire d’amour c’est une histoire passionnée ! toute fille en reverait de voir son copain la regarder comme une « friandise » comme dirait mike et la suivre par peur quelle ne se blesse, toutes les filles reves dun homme qui pourrait passer une nuit a la regarder dormir ! Toutes les filles voudraient un « homme » si passionnée par elle, quil ne verrait aucune autre fille ! Non je suis désolée, il y a beau avoir pas mal de défaut, moi lhistoire ma séduit, g trouvé ca beau… Mais bon, tous les gouts sont ds la nature… Sinon dommage que tu ne lais pas finit car c’est a la fin que toute laction se déroule, cela taurait peut etre davantage plu…

     
  12. morgane

    15 octobre 2008 at 8:48

    alala je trouve que tu n’es pas assez dur avec cette pauvre stephenie Meyer. Je suis une grande fan des vampires et j’étais vraiment heureuse de lire un best seller sur les vampires. Quelle deception… outre le fait qu’il n’y a aucun style dans l’écriture, le bouquin est horriblement mal construit et manque completement de finesse (les révelations d’edward sur les vampires dans le dialogue le plus pitoyable de l’histoire du livre). Tout est chiant, l’histoire n’avance pas, n’est absolument pas crédible (vampire végétarien joueur de base ball). Edward est le personnage le plus plat au monde. Si on regarde bien, il n’y a aucune description de lui, on nous dit juste qu’il est parfait, encore plus beau que dans ses souvenirs, un adonis ou un appolon toutes les deux pages. Mais bon sang ou cette bonne femme a telle aprise a charactériser un personage, je vous le demande? Les vampires, c’est le sang, le sexe, le danger… là, tout est niais, asseptisé…. je ne comprend pas qu’il y est si peu de critique. Il faut ouvrir les yeux un moment donné…

     
  13. timli

    16 octobre 2008 at 4:56

    Le problème est que ce livre a été classé dans les best seller alors qu’il n’est qu’un roman d’amour, c’est pour ça que les personnes qui l’on lu et qui ne s’y attendait pas sont déçu et je peux le comprendre. Si edward avait été un pure et dure il ne serait jamais tombé amoureux de personne et il n’y aurait pas eu d’histoire, je pense que pour vraiment appréciais ce livre il fallait au préalable s’attendre à une histoire qui ne raconte pas vraiment ce qu’est un vampire comme on en a toujours entendu parler mais à un vampire qui serait gentils, qui voudrait redevenir humain s’il le pouvait et qui par conséquent ne considérerait pas les êtres humain comme de la nourriture mais comme ceux à qui il voudrait ressembler s’il le pouvait encore. En même temps en ce qui concerne le sexe, un vampire est mort (enfin le coeur ne bat plus donc le sang ne circule plus) donc le sexe ne monte pas il ne peut donc dans tous les cas rien faire du tout, hors pour tout le monde quand on parle de vampire ils veulent du sexe… ça aussi c’est débile mais en même temps ce serait bête s’ils ne pouvaient réellement rien faire, le vampire est un être inventé, pourquoi on ne pourrait pas dire que celui du roman de Stéphanie est végétarien, qu’il est amoureux fou de Bella et qu’il n’est pas bestiale, je pense que tout est permis. Ce livre n’est certainement pas le mieux écrit de tous mais en ce qui concerne l’histoire d’amour car c’est juste de ça qu’il s’agit, elle est belle et c’est tout…

     
  14. Gingersnaps

    4 novembre 2008 at 2:58

    Effectivement il y a pas mal de niaiserie dans tout ça. J’ai décidé de me laisser prendre malgré tout car amatrice de sf et fantasy et je me suis donc sacrifiée parce que j’avais déjà dans ma grande bêtise acheté les 4 volumes, j’avoue avoir sauté plusieurs chapitres a partir du 6eme dans le premier « roman ».
    Honnêtement c’est pas du Anne Rice, c’est toujours le même délire du beau gosse a pétasse avec les plaquettes d’abdos c’est vieux comme le monde (ça c’est du monologue « oh mon dieu je craque il est trop beau »), etc… bref un vrai boys band de vampire, une espèce de délire prosélytique, qui narre le pseudo mal être d’une fille qui n’est qu’une petite conne insipide faut bien l’admettre (et je ne vois rien de fascinant dans sa personnalité), tout ça sur un fond de pseudo suspense (oui on grille toutes les tentatives d’intrigue a 15km) c’est gros comme un mammouth et fin comme du gros sel, aussi bien dans la forme que dans l’approche…
    Donc, a moins d’être une ado plutôt stupide aspirante goth et autre y a pas moyen.
    Par ailleurs en ayant vu l’auteur j’imagine trop le parallèle entre elle et bella, elle (l’auteur) banale et grosse qui a du passer sa vie d’ado dans l’ombre, elle se réinvente en jeune fille mince, maladroite mais siiiiiiiiii craquante (burp), qui ne mange presque rien (oui oui ça me choque de voir qu’elle « picore grignote » tout le temps ou ne mange simplement pas) qui malgré sa « banalité » physique d’abord et spirituelle ensuite, attire quand même tous les garçons mdr (lol y a que dans les rêves des filles banales que ça arrive et si ça arrivait souvent et sans effets spéciaux les 3/4 des filles le sauraient et vu le nombre de guppy qui s’intéressent a elle dans le roman j’imagine que la vie romantique ado de l’auteur a du être un genre de grand vide astral) traité comme une petite chose si fragile et précieuse, elle s’est magnifié dans son roman débilitant genre rêve de bac a sable…
    Tout comme woodie alen elle me gave plus qu’autre chose, cependant, le cinéma je peux l’éviter même avec des bandes annonces trompeuses, mais je ne me suis pas imaginée en train de balancer mes sous a la poubelle pour des prunes.
    Bref, vous voulez lire ça? Ok ! Prenez un grand tube de prosac arrosez d’une lampette de whisky, ou essayez une infus d’Ajax histoire d’avoir le cerveau anesthésié.
    Dis donc stephenie cendrillon des temps modernes sorts donc la tête de ton trou et ton style est bien plus qu’emprunté… ceux qui on un minimum de culture littéraire sauront de quoi je parle!!
    Best seller ne veut pas dire bon, ça veut juste dire que pleins de cons ont acheté… c’est comme george bush ou sarko, ils ne sont pas bons mais pleins d’abrutis ont votés pour eux. Voila.
    P.s je vends la saga complète si quelqu’un est intéressé^^

     
  15. camille la it girl

    8 novembre 2008 at 6:33

    je proteste, c’est le goût du coca light plutôt, parce que j’aime bien le coca zero moi mais ce livre, je préfère pas en parler. Je me fais les mêmes réflexions concernant le style. En fait si ca se trouve, elle l’a écrit quand elle était ADO elle même, parce qu’à part une fille de 13 ans, je vois pas qui peut pondre un tel navet… Je ne savais pas qu’elle était mormone… Ouai elle a donc voté pour Sarah palin, encore une raison pour ne pas lire ses livres!!!!

    Merci!!!

     
  16. Pauline

    27 décembre 2008 at 6:06

    Bon, je serai moins catégorique que toi mais je suis aussi assez déçue du livre. Je l’ai fini, parce que je ne l’ai pas non plus trouvé désagréable. Cependant c’est vrai que je m’étonne d’un tel succès. J’ai eu l’impression d’un livre bâclé dans lequel on ne s’attarde sur rien, où tout est passé en revue en deux lignes. On sait très peu de choses sur les amis de Bella, sur les raisons qui la pousse à être si peu chaleureuse avec eux. On en connait peu sur ses sentiments : elle a quand même quitté sa mère et toute sa vie à Phoenix et parait vivre son déménagement comme si elle n’avait d’attache que le soleil du sud. J’ai l’impression que l’auteur s’est comporté comme une ado si impatiente de faire rencontrer Bella et Edward, que plus rien de comptait et que tout autour a été mit de côté.
    J’ai été aussi beaucoup dérangé par le style e l’écriture. Je ne sais pas non plus si c’est du à l’auteur ou à son traducteur mais le résultat est ..étrange. Une sorte de mélange entre plusieurs styles qui semble vouloir se donner un genre en employant -parfois- un langage soutenu.
    On ne comprend pas pourquoi Bella change aussi souvent d’humeur. Bref de grosses lacunes a déplorer !
    Mais bon, j’ai essayé de passer outre tout cela et j’ai quand même passé un agréable moment. je pense que tout réside dans le fait que l’histoire d’amour laisse rêver, que la description d’un Edward si parfait est efficace et que c’est la raison pour laquelle les fans son majoritairement des filles. Je ne comprends cependant pas un tel engouement et me dis que peut-être, j’ai raté quelque chose !

     
  17. bonne année a tous !

    1 janvier 2009 at 12:01

    Après avoir lu tous ces avis, je pense avoir beaucoup de chose à dire, surtout concernant le style d’écriture : en effet, j’ai lu la version anglaise et le style d’écriture ne m’a pas choquée… On m’avait effectivement dit que le style d’écriture en Français était à la limite du supportable j’ai donc choisi de lire la version anglaise, malgré le fait que je n’ai pas un niveau en langue fantastique. Donc en lisant tout ces commentaires dégoutés sur l’histoire je me pose des questions sur le fait que l’histoire m’ai parue vraiment différente. Peut-être que je comprenais moins de choses que je ne le pensais mais peut-être aussi que la très mauvaise traduction joue beaucoup dans cette si mauvaise histoires que vous décrivez.
    Malgré vos critique, je vous conseille vraiment d’essayer ( juste essayer ) de lire la version anglaise, qui n’est pas vraiment dure a comprendre et qui a le mérite de sortir directement de la plume de l’auteur(e).
    Mais bien sur, si c’est le principe fondamental de l’histoire que vous n’avez pas aimé, alors même la version originale ne changera rien. C’est vrai que je pense, à la base, Stéphanie Meyer a écrit son histoire pour des jeunEs de 14-17 mais pas pour des personnes approchant la trentaine, car de toute façon, l’histoire n’est pas décrite de la façon dont tu l’aurais espéré, elicate. Mais au moins je ne l’ai jamais vue être rendue totalement stupide a la vue d’Edward, et ne l’ai jamais vu dire de choses comme : « oh mon dieu je craque il est trop beau « … Je ne pense pas que ce commentaire ne te donnera envie de réessayer, en version originale mais je voulais juste signaler que le style d’écriture influe énormément dans l’opinion final du livre.
    Une des preuves les plus flagrantes de la variation de traduction est le titre des livres :
    fascination / twilight
    tentation / new moon
    hésitation / eclipse
    révélation / breaking down
    Les titres n’ayant absolument rien à voir (je ne vois pas le rapport entre fascination et crépuscule…) Je pense que ça vaut vraiment le coup d’essayer !
    D’autres parts, les films m’ont l’air purement commercial et sans intérêt, le type de film a gros budget qui attirera beaucoup de monde mais dont on ne ressort pas plus intelligent, si ce n’est le contraire !
    Sur ce très (trop) long commentaires, je vous laisse juger par vous-même…

     
  18. lecturetconfiture

    9 janvier 2009 at 3:36

    C’est marrant, j’ai eu la même reflexion concernant le problème de traduction et je te rejoins tout à fait dans ta critique (enfin une de négative dans l’océan d’éloges…)! Ce qui est intéressant, c’est que la plupart des critiques « adultes » pointent sur un style d’écriture simpliste qui nuit au livre 🙂 Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout moi non plus… La pamoison de Bella devant les « yeux topaze » d’edward ont eu raison de ma détermination… Et pourtant je suis bon public pour les histoires d’amour et la littérture jeunesse (j’ai lu Harry Potter d’une traite, rien à voir).
    PS : la critique de mari – 😀

     
  19. TOM

    26 janvier 2009 at 7:29

    Tout à fait d’accord sur le style ampoulé, les personnages fadasses, l’eau de rose bon marché… Je ne m’attendais pas à grand chose mais j’étais curieux.
    Par contre il existe une très bonne série d’HBO « True Blood » qui décrit elle aussi une histoire d’amour entre un vampire et une humaine, crée d’après les romans d’Alan Ball. Je l’ai tentée pour me dire que merde, l’idée de base de Meyer ne pouvait pas être entièrement mauvaise. C’est très marrant, trash, un peu dérangeant ; c’est parfaitement joué (récompense Golden Globe Award 2009 pour meilleure actrice d’une série télé) la symbolique du vampire entre sexe et drogue, marginalisation, désir de surpuissance mégalomaniaque est excellente. A voir+++

     
  20. CiXi

    27 janvier 2009 at 12:55

    Ayant lu les 4 tomes, en ce qui concerne la pauvreté du style d’écriture, je rejoins ce que tu dis. Je me suis même surprise à faire attention au nombre de fois que l’auteure (ou le traducteur) utilise le mot « fragance » ou encore le verbe « croasser ».
    En ce qui concerne l’histoire elle-même, je ne l’ai pas trouvée désagréable à lire, mais j’ai été dérangée par le côté politiquement correct voir même conservateur, comme une sorte de parti-pris par la narratrice.
    Je m’explique : Le fait que même après un an de relation amoureuse entre les deux protagonistes, il n’y ait pas le moindre contact physique un peu poussé, bon ok, l’excuse étant que Edward est un vampire et que cela peut être dangereux. Mais par la suite il imposera à Bella le mariage avant leur premier rapport sexuel, donnant une vaste tribune à l’écrivain sur la vertue du mariage avant l’amour physique (le mariage ne semble pas vraiment être quelque chose de choquant pour des ados..).
    Arrive ensuite les louanges de la maternité, Bella refusant catégoriquement l’avortement, alors qu’elle se sait pertinamment en grand danger de mort. Ce côté mièvre qu’il y a dans ses reflexions sur sa grossesse et l’enfant qu’elle porte, m’a donné la nausée. Je l’ai trouvé à la limite du propagantisme, la femme devant se sacrifier pour son bébé et cela même au prix de sa vie et blablabla.
    Je respecte infinimment les femmes prêtent à mettre leur vie en péril afin de donner la vie, mais peut être étais-je été influencée par le fait que l’auteure est mormonne et que je ne partage absolument pas leurs idéaux concernant la contraception et l’avortement.

     
  21. Nerayda

    8 février 2009 at 4:18

    Enfin un forum où l’on ne se fait pas lyncher… si on ne se range pas du côté de la majorité hystérique. Je lis le livre en anglais en ce moment. Le film m’avait déçu. On m’a expliqué alors que j’étais dure, qu’il dégage une magie dans ce film que je ne comprenais pas (etc). Je me suis donc dis que la meilleure façon d’émettre un jugement était de lire l' »œuvre » haha. Je rejoint complètement le commentaire de Ginger Snaps. L’écrivain n’a pas l’air très finaude, et ça se ressent complètement dans son style. Je ne sais pas pour la version française, mais la version anglaise est très « light ». Bien la première fois que je peux avaler des pages en anglais sans jamais me dire « que veux dire ce mot » ou  » j’ai peut être rater une phrase importante ». En fait on a l’impression bizarre/ étrange, que ce livre peut servir de scénar pour un film : » dialogues à outrance, explication vite faite de l’endroit, des personnages et hop ». D’ailleurs on voit bien que le film reprend mot pour mot la linéarité, les dialogues (facile le travail était déjà fait). Son seul crédit est d’avoir décrit le lycée et l’adolescence de manière juste (bien que ses personnages et leurs relations m’ont plus fait penser à des ados de 14 qu’à des ados en fin de lycée…)
    Je me souviens de bouquins empruntés dans une bibliothèque jeunesse, destinés aux « ados » et donc qu’aucun adulte ne lira probablement jamais, et qui semblaient bien plus crus/cruels/érotiques/violents/passionnels/dérangeants/imaginatifs que l’histoire d’Edward/Bella…. dommage pour les auteurs qu’on n’érige pas au rang de stars et qui pourtant pondent des livres de qualité dans le plus strict anonymat.

     
  22. chloé

    26 février 2009 at 11:17

    Je suis venue sur ce site pour voir si j’étais la seule que la traduction de ce bouquin avait choqué. Je n’ai pas compté mais il me semble que toutes les pages je lis « derechef » « rire argentin » « s’entend » « maugréai-je ». On dirait une traduction automatique par ordinateur… à côté Da Vinci Code c’est de la haute littérature.
    Je suis prof en collège, en congés mat et j’en ai donc profité pour voir ce que mes élèves filles lisaient. Pour être honnête, j’ai beau gardé mon esprit critique, je me suis laissée prendre par l’histoire et j’attends toujours (tome 4) qu’ils couchent ensemble !

     
  23. Tartelette

    28 février 2009 at 10:07

    Je suis aussi prof en collège, et après avoir vu mes élèves lire le bouquin, j’ai lu les quatre tomes d’une traite. J’avoue avoir pris beaucoup de plaisir à les lire, en retrouvant une âme de midinette. Même si je me suis demandée si après tout, je ne devrais pas essayer de lire un bouquin arlequin…. Je me suis laissée porter par le côté romantique. Cela dit, je n’ai pas laissé mon esprit critique de côté. La traduction est affligeante (je n’ai jamais lu autant de fois le verbe s’esclaffer dans un livre, sans compter les nombreuses fautes de frappe du tome 3). Mais ce qui m’a vraiment dérangé, c’est la place de la sexualité dans le bouquin. Il y a un parallèle dans le premier tome entre l’attirance d’Edward pour le sang de Bella et l’attirance physique de celle-ci pour son petit ami. J’en ai donc déduis qu’il s’agissait d’une métaphore de l’attirance sexuelle. Le livre fait donc l’éloge de l’amour chaste, plus pur et beau que l’amour physique (qui est dangereux), et exprime l’idée que c’est faire preuve d’une grande force de caractère que d’être capable de maîtriser ses pulsions sexuelles. Sans compter que lorsqu’ils passent à l’acte (après mariage) Bella le paie durement. Ben oui, ça mérite punition de prendre autant de plaisir ! L’humour du premier tome disparait, et le quatrième s’éloigne de la romance avec la césarienne effectuée avec les dents sans anesthésie ! Ben oui mais elle l’avait bien mérité. Et il fallait en passer par là pour atteindre l’immortalité (tous les bons vampires ont accédé à leur état après des souffrances plus qu’atroces). La souffrance est indispensable pour accéder au paradis ! Enfin, moi c’est comme ça que je l’ai compris. Mais par-dessus tout, le mythe du prince charmant (ils sont faits l’un pour l’autre, c’est le destin, l’amour plus fort que tout, il est la perfection incarnée, prêt à sacrifier sa vie, gnagnagna, etc…) me fait espérer que ma fille préférera Harry Potter quand elle aura l’âge de ce genre de lecture. Et qu’absolument TOUS les personnages gentils soient épargnés malgré toutes les épreuves (sauf Irina, mais c’est vrai, elle avait dénoncé donc elle méritait d’être punie) me fait davantage penser à l’état d’esprit des livres de maternelle. Finalement, vous savez quoi ? Ça me donne envie d’écrire des bouquins. Ben oui, s’il n’est pas nécessaire d’être plus doué que ça pour écrire, j’ai ma chance…

     
  24. bennie

    5 mai 2009 at 2:40

    lelivre fascination de stephenie meyer est fantastique….n’ai pas verbs pour esprimer mes sensations pour ces livres….j’espere que rèvèlation ne sera pas le livre qui complete l’histoire parce que j’aime les livres de stephenie…excuse moi puor mon français terrible….je ne suis pas française!!! XP salut a tous!!! bisoux

     
  25. Y.

    11 mai 2009 at 12:34

    J’ai lu fascination en anglais, et c’était tout aussi horrible que la traduction française. Le scénario était simpliste, les personnages complètement irréalistes.

    Bella est une effroyable Mary-Sue – il n’y a qu’à lire la description physique de Bella et la comparer à la photo de l’auteur. Urgh. En outre, la protagoniste est incroyablement superficielle et ingrate – malgré cela, aucun personnage ne le lui fait remarquer.

    Pour ceux qui disent que le vampire est un être inventé et que tout est permis : non, non, et non. Le mythe du vampire existe depuis longtemps. Il y a un minimum de caractéristiques qu’il aurait fallu respecter (étinceler au soleil? ha!), étant donné que ce sont elles qui définissent la nature du vampire. Enfin, il ne faut pas trop s’étonner je suppose; après tout, l’auteur elle-même a reconnu n’avoir fait aucune recherche pour son livre. Ajoutons à cela le fait qu’elle a écrit son livre en 3 mois chrono. Pas étonnant qu’elle ne soit pas cohérente avec les règles qu’elle a définies dans son propre livre.

    L’histoire n’avance pas. Fascination? Une fille arrive dans une nouvelle ville. Elle rencontre un gars craquant. Pour quelque raison obscure, ils tombent amoureux. Ils se fixent encore et encore. Et vers la 350ème page, les méchants arrivent enfin, après 14890 adjectifs employés pour louer la beauté d’Edward. Vraiment, si on enlevait les toutes les parties descriptives, le livre serait réduit de moitié. Pourquoi, pourquoi répéter inlassablement que Edward est le plus bel homme qu’elle ait rencontré?

    Le fait qu’elle se concentre uniquement sur son apparence souligne autre chose : Bella est très, très superficielle. Elle rejette Eric, Mike et Tyler car ils ne sont pas aussi attirants qu’Edward, bien qu’ils soient polis et sympathiques. Il n’y a pas un mot sur la personnalité d’Edward. Pas. Le. Moindre.

    Et apparemment, être beau absout toutes les autres fautes! Edward l’observe pendant qu’elle dort, la suit où qu’elle aille, et se permet de retirer le moteur de son camion quand elle veut aller voir Jacob. Et moi qui pensait que ce genre de comportement était abusif. Mais non, quand Edward lui dit qu’il l’observe dans son sommeil depuis des semaines, elle est FLATTEE. Conclusion: Bella est stupide. Et un affront aux femmes d’aujourd’hui.

    Je n’arrive toujours pas à croire que la « saga » Twilight soit devenue aussi populaire.

     
  26. milie

    11 mai 2009 at 10:35

    J’ai lu les 3 derniers tomes (pas le 1er) et j’ai trouvé l’écriture simpliste. L’histoire en elle même ne m’a pas dérangé, sinon je n’aurais pas lu tous les livres, mais la manière d’écrire était une horreur. Dans chaque livre des mots se répètent, la tournure des phrases est soit limitée au sujet et au verbe, soit elle est complètement surfaite avec des mots beaucoup trop soutenus, tellement compliquée qu’elle nécessite d’être relue 2 ou 3 fois pour être comprise.
    Je n’ai rien eu contre l’histoire mais l’écriture la fait paraitre niaise, et je n’aurais rien eu contre quelques détails de plus : tout va tellement vite.
    enfin bon. Passés 18 ans, le livre n’est surement pas assez construit et l’écriture trop peu réfléchie. Par contre ma petite sœur de 13 ans a été conquise.
    Une bonne histoire pour un public de 12-16ans, c’est mon avis.

     
  27. C-Alix

    19 juin 2009 at 8:21

    Je suis contente de voir enfin des avis négatifs sur cette saga !
    Bien que je l’ai apprécié (je ne suis qu’une ado après tout..) il est vrai que l’engouement qu’elle a provoqué me parait exagéré.
    Quand j’ai lu la saga je ne savais pas que Stephenie était mormone, et meme après l’avoir apris je trouvais exagéré de dire qu’il s’agissait d’une propagande aux mormons. Pourtant le commentaire de Tartelette m’offre une nouvelle vision, et je dois dire que je suis totalement d’accord avec ce qu’elle dit..

     
  28. marge

    21 juin 2009 at 11:58

    J’ai décidé de lire les livres après avoir vu le film qui ne m’avait pas vraiment accroché : l’histoire me semblait plutôt plate et incohérente quand aux sentiments que partagent Bella et Edouard après si peu d’échanges (pas forcément physique, ne serait-ce qu’une conversation enflammée, un fou rire ensemble, un échange complice et pas seulement plein d’appréhension ou de désir).
    Mais bon j’aime bien en général me laisser porter par un buzz médiatique (société de conso quand tu nous tiens), et l’histoire me paraissait prometteuse et romantique, bien que sans doute un peu mièvre, ce qui ne me dérangeait pas : je ne cherchais pas à lire de la grande littérature !
    Donc j’ai acheté les 4 livres, en anglais. L’avantage de ces livres c’est qu’on n’a pas besoin d’un très bon niveau en anglais pour les lire ! Mais au niveau de l’écriture, j’ai l’impression que la traduction doit vraiment être horrible, car le livre se lit bien. Certes l’écriture est très simple, mais pas affligeante (à noter que mon niveau d’anglais peut m’avoir fait manqué certaines fautes de style).
    Quant à l’histoire en elle-même … finalement les échanges entre Bella et Edouard ne sont pas beaucoup plus nombreux, leur seule attirance réciproque semblant expliquer leur amour inconditionnel … ?! Ok leur relation est un chouilla plus approfondie, mais quand même très superficielle.
    Mais bon, j’ai lu les 4 Tomes (avec des pauses quand même – comme le disait un précédent commentaire : si on enlève les passages qui disent la même chose, notamment sur la beauté d’Edouard, l’histoire rétrécit considérablement), je me suis quand même laissée porter par l’histoire … il faut juste replacer Twilight dans la catégorie des romans à l’eau de rose.

     
  29. jaune turquoise

    30 juin 2009 at 5:22

    Voilà, j’ai fait comme tout le monde, j’ai lu « Fascination » ! Mais c’est bon comme ça, je ne lirai pas la suite. Il y a plein d’autres auteurs qu’on peut, eux, qualifier d’écrivains. Et il y a des quantité de personnages de fiction qui sont plus réalistes que cette fade Bella. Si j’avais une fille de cet âge qui se contente de si peu, je me ferais du souci pour elle ! Mais effectivement, un livre si rapidement écrit, par quelqu’un qui n’a pas dû tellement lire dans sa vie, mais qui par contre tient à nous faire partager ses opinions sur les dangers de la sensualité, n’a au fond rien à dire de nos ados. Le mystère, c’est que pourtant plein d’ados l’ont lu et aimé … et même, des ados de tous âges !

    J’ai trouvé qu’il se laissait bien lire, malgré une langue pauvre et répétitive. Pour un dimanche de grosse fatigue c’était idéal. D’autant plus que le but, en le lisant, c’était de pouvoir en discuter avec des ados, des vrais, en chair et en os !

     
  30. Keir

    23 novembre 2009 at 1:18

    J’adore ta description. Le premier livre était amusant a lire ( j’ai lut les 4 ), mais il fallait vraiment le lire avec beaucoup de recul. Ta façon de voir est assez juste. quand la decouverte de la sensualité par Bella, je suis d’accord que c’est un peu mort ( heureusement qu’ils sont rattrapés dans le film avec une tension sexuelle manifeste et grace a une réalisatrice cochonne qui veut juste se faire mettre par un vampire ). Bref. Les meilleurs tomes restent le 2 et le 3, EXIT le 4 qui est une merde intersidérale qui n’a même pas lieu d’exister, tellement la solution finale de Meyer est abracadabrante et consternante de facilité dérisoire ( oui, oui, il a chier, vraiment a chier, elle a baclé ).

    En tout cas, c’est amusant de voir comment tu décris la chose, et très vrai d’une certaine part. ce que je retiens du premier opus c’est un pavé assez gnan gnan avec pourtant quelques pistes intéressantes qui font qu’on VEUT lire la suite. ( même le 4, malgré la frustration ). Heureusement le film sauve a « peut-prés » l’honneur, malgré une exécrable VF ( a voir en VO T_T )

     
  31. Isabelle

    26 novembre 2009 at 10:52

    Ouf ! Enfin qqn qui semble n’avoir pas succombé à cette soupe !Je me sens moins seule.
    Je suis prof de Lettres et Histoire-Géo, et j’ai récemment « testé » la littérature pour ados , avec un certain plaisir parfois , histoire de voir ce que mon public d’élèves lit (qd il lit) .
    J’ai eu la surprise de voir arriver au CDI du lycée les volumes de cette saga dont on me parlait tant:Une collègue prof de lettres les avait réclamés .Cela m’a qd même un peu étonnée …Alors j’ai testé ça aussi . Qd il s’agit de lire pour me détendre, je ne recherche pas forcémment le chef d’oeuvre …juste la distraction .Ma foi…non. comme vous, je n’ai pas accroché . j’ai lutté, lu une centaine de pages, puis grapillé des extraits . Rien à faire . Vous avez parfaitement cerné le problème…peut-être est-ce en partie dû à la traduction, mais en tout cas , c’est plat, niaiseux. Un roman à l’eau de rose . Je ne juge pas ceux qui aiment ça,tant mieux si des ados lisent un peu de temps en temps …et si le recyclage de la mythologie des vampires ne les dérange pas, qu’importe , ils survivront sans connaître Bram Stoker .
    Mais qu’on ne nous fasse pas passer ce genre d’ouvrage pour de la littérature ! Et en tout cas, cela n’a rien à faire dans un CDI .

     
  32. Keir

    27 novembre 2009 at 4:45

    J’écris moi même depuis plusieurs années, il y a souvent des histoires sentimentales, mais cela est a mille lieues du roman mormon que nous sert Meyer. Sans doute le besoin de frisson d’une femme ennuyé a mourir par un mariage trop conventionnel, qui sait.

    En fait j’ai succombé a une chose ( sans trop tomber dans l’adoration, non plus ): le caractère de Jacob black ( tome 2 & 3 ), enjoué, vrai, charismatique et sans chichis de dépression vampirique… enfin sauf a la fin du tome 3 qui aurait du marquer la fin de cette saga assez laborieuse. On ne saisit pas l’attraction Ed-Bella quand on y réfléchit vraiment. Car, dans la réalité, ils n’ont rien partagé d’extraordinaire. tout ce qui les lie, c’est un lien invisible et indéfectible, une attirance plus que physique: Psychique. L’aura vampirique sensé rendre folle la pauvre mortelle, je comprend. le vampire accro au parfum particulier de la belle, je saisis. Mais après ?

    Tandis que le pauvre loup-loup délaissé comme un vulgaire cabot. A recoller les morceaux, a été présent, protecteur, amusant et pleins de vitalité. La bella se rend même compte qu’elle en est amoureuse dans le 3 ( qu’il est son âme soeur/ en gros elle a deux âmes soeurs, le truc bien biscornu quoi ).
    Alors c’est quoi ce bordel ?

    Même si j’aime bien le personnage du dépressif edward, cela va sans dire.

    MAIS DISONS que je trouve la psychologie des personnages, assez peu cohérente et bancale. Il en ressort que ma solution: s’aurait été de tué Bella, comme ça, elle aurait fait chier, ni souffrit personne.

     
  33. trianglewalks

    25 septembre 2011 at 8:01

    Mon dieu que cet article est mal écrit… pour une critique littéraire, dommage…

     
    • elicad

      25 septembre 2011 at 8:06

      Je préfère les commentaires constructifs mais on va se contenter de ça.
      Mal écrit ? Eh bien tant pis, il sera toujours mieux écrit que les livres de Meyer. Et puis je préfère faire plus d’effort pour mes propres histoires. Je ne suis pas critique littéraire non plus, je ne suis pas payée pour cela ; je ne suis qu’une bloggeuse.
      J’ajoute que l’ironie de ce commentaire tombe un peu à plat : elle n’est ni drôle ni subtile.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :