RSS

The Dark Knight, film noir…

14 Août

The Dark Knight, Christopher Nolan.

Les affiches diverses diffusées sur le net puis sur tous les espaces publicitaires de nos villes attisaient soigneusement l’attente que la sortie du prochain Batman pouvait susciter chez tous les fans des super-héros en général, et de l’homme chauve-souris en particulier.
Mais que s’attendait-on à trouver là ? Un nouveau film de héros en collants ?
Dès les premières minutes, alors que William Fichtner  (rôle très secondaire mais ébouriffant) dézingue à tout va les malotrus qui ont osé pénétrer dans sa banque, le ton est donné. The Dark Knight n’est pas un film de super héros, c’est un film noir, mêlant affaires politiques, corruptions, justice et mal être des villes, un véritable film de flics où se retrouvent, par hasard un mec en costume décalé et un dangereux psychopathe.
Le personnage de Batman est donc complètement décalé par rapport à l’hyper réalisme des situations et de la mise en scène. Ce que l’on pourrait considérer comme une limite au long métrage (le fait qu’un super héros est toujours trop héroïque pour pouvoir être réaliste) me semble plutôt être un moyen de plus de montrer, et de souligner, le ras le bol de la chauve-souris, son envie de raccrocher et de laisser son boulot à un personnage du vrai système judiciaire américain (très bon Harvey Dent) : finis les gadgets, bonjour les bouquins de droit, en somme. Gonflé pour un film pareil…
Le personnage du Joker est traité exactement de la même façon. Nous avons ici affaire à un psychopathe, sociopathe, un pyromane qui préfère le paquet d’allumettes aux billets de banques, un homme défiguré au visage bourré de tic, un malade complètement imprévisible et amoral, très, très loin du méchant Joker cabotin et très « cirque » du premier Batman. Je ne reviendrai pas sur la prestation magistrale de Heath Ledger, mais ce Joker-là est bien un des méchants les plus terrifiants qu’il ait été donné de voir au cinéma depuis très longtemps (peut-être depuis Hannibal Lecter, à la folie tout aussi insaisissable)
Réalisme, utopies balayées, chaos, ultra-violence aussi, The Dark Knight enterre joyeusement les comics colorés et plutôt légers dont on avait l’habitude. Une sorte de « bienvenue dans l’âge adulte » des plus pessimistes.

[edit] Je ne peux m’empêcher de vous inviter à aller voir le très joli fanart d’Elvire sur le même sujet ^o^

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 14 août 2008 dans cinema

 

Étiquettes :

2 réponses à “The Dark Knight, film noir…

  1. intercalaire

    14 août 2008 at 6:57

    Je ne pourrais pas être plus d’accord !
    Je suis encore sous le choc ! (et j’ai très envie de le revoir)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :