RSS

Into the wild, Sean Penn.

11 Jan
Into the wild

Donc, en ce moment, j’ai du mal à lire, mais, après trois mois où ma carte de ciné n’a servi qu’à engraisser un grand centre de cinéma sans que j’en profite, je suis retournée en salle obscure !
J’ai donc jeté mon dévolu sur le dernier film de Sean « Président du jury de Cannes » Penn. Et de Sean Penn, on va dire que je ne connais que Tim Robbins et Clint Eastwood, c’est-à-dire que j’ai vu quelques films de l’acteur, et que je connais plus ou moins son engagement politique. Into the wild a donc été une plongée sans préavis dans l’univers du cinéaste. Et quelle plongée…

Christopher est un étudiant bien sous tout rapport. Elevé dans une famille parfaite, papa, maman, la sœur et peut-être même le chien, Christopher est un plus pur produit des années Reagan et Bush. Il a tout pour lui, et finira sans doute en executive man bourgeois. Sauf que Christopher refuse tout cela.
Le lendemain de l’obtention de son diplôme, il brûle ses papiers, coupe ses cartes, fait don de ses économies, et part. Sa destination ? L’Alaska, pays des récits de Jack London, un de ses héros. Pour y parvenir, Christopher traversera plusieurs états, plusieurs pays même, fera des détours, rencontrera des personnages tous plus différents les uns que les autres mais tous des solitaires, comme lui. Et quand il y parviendra, et se retrouvera seul, coupé du monde, dans un bus abandonné qui sera son seul refuge au milieu de rien, que trouvera-t-il ?

Into the Wild se décompose en multiples tableaux, rythmés par une musique country lancinante qui achève de faire du film, en plus de ses paysages, un produit totalement américain. Mais dans les Etats-Unis que Christopher, il n’y a plus de terrain à conquérir, et la solitude semble une destination impossible à atteindre.
Partagé entre la vie de Christopher (surnommé Alexander Supertramp, le vagabond) en Alaska, et son parcours, Into the Wild amène le spectateur à s’interroger sur les motivations de son personnage principal.
Est-il naïf ? Délivre-t-il un message d’une pureté magnifique ? Ou n’est-ce qu’un « petit con » qui croit en une hypothétique et impossible harmonie entre l’homme et la nature ?
A certains moments, ses professions de foi, accordées aux magnifiques paysages sauvages qu’il traverse, font croire à son rêve. Et puis on s’interroge : le monde parfait de Christopher n’existe pas, ce n’est pas possible. Il fonce dans le mur.
Le voyage de Christopher est également initiatique, et chapitré comme tel : naissance, adolescence, âge adulte, sagesse. A chaque étape, des épreuves, et des personnes à rencontrer et à aimer : une mère hippie, un père paysan, un vieillard aussi désespérément seul que lui.
Mais Christopher continue à marcher, à fuir. Arrivera-t-il à se rendre compte que l’on ne peut jamais vivre sans les autres et que la solitude nous enferme ? On aimerait quelque fois lui crier d’arrêter…

Into the Wild est un film magistral. Visuellement magnifique, il va bien plus loin que le voyage de carte postale. Les paysages, immenses, permettent de revenir à soi, de s’interroger sur son propre rapport à la nature et, surtout, aux autres.
Le visage très poupin et relativement lisse de l’acteur principal rend l’abstraction d’autant plus aisée. Il faut des personnages lisses pour pouvoir voir au travers.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 11 janvier 2008 dans cinema

 

Étiquettes : ,

Une réponse à “Into the wild, Sean Penn.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :