RSS

Ronde de Nuit, Terry Pratchett

28 Déc
Ronde de Nuit

Délaissant avec de moins en moins de culpabilité A la Croisée des Mondes (que je ne désespère pas de finir un jour…), voici un de mes deux Pratchett de Noël. Doucement je continue ma découverte des Annales du Disque-Monde, et je peux déjà affirmer que cette Ronde de Nuit fait partie des meilleurs volumes de la série. Ce volume nécessite néanmoins de bien connaître le monde de Terry Pratchett, sans quoi le lecteur sera perdu et manquera beaucoup de l’émotion dégagée par l’histoire, les personnages en prenant une part énorme (comme toujours chez l’auteur d’ailleurs)

Or donc, Ronde de Nuit fait partie de ces romans construits autour du guet d’Ankh-Morpork, et plus particulièrement autour du commissaire divisionnaire et Duc d’Ankh-Morpork, Sam Vimaire, également futur papa. Celui-ci, malgré ses succès et son ascension sociale (obtenue à son corps défendant) n’a jamais pu laisser tomber le travail de terrrain. Et c’est en poursuivant un criminal redoutable que notre héros flegmatique traverse une des failles magiques de l’Université de l’Invisible et se retrouve… vingt ans plus tôt.

Changeant l’histoire sans le vouloir, le voilà qui se retrouve dans cet ancien guet, à tenter d’arriver à bout d’une révolte sanglante, tout en devenant son propre maître, puisqu’évidemment cela ne serait pas drôle s’il ne rencontrait pas un jeune agent du guet qui n’est autre que lui-même.

Ronde de Nuit, comme la plupart des romans de Terry Pratchett, joue sur plusieurs plans en même temps. La trame principale, le fil conducteur du roman reste la poursuite du criminel par Vimaire (le-dit criminel ayant été lui aussi transporté dans le temps). La seconde trame consiste à décrire un pan de l’histoire d’Ankh-Morpork, cette ville tentaculaire qui ressemble tant à toutes les villes du monde, en prenant pour exemples historiques quelques pans de la Révolution française et de la Commune (et je suppose de révoltes anglaises et autres aussi, mais pour un lecteur français, ces deux références viennent d’elles-mêmes) Cela permet à Pratchett de glisser quelques-unes de ses propres réflexions sur l’autorité, l’armée, les bourgeois, le peuple et l’extrême gauche, à travers le regard de Vimaire.

La troisième trame narrative concerne forcément les personnages. J’ai lu tous les romans du Disque-Monde mettant en scène les nouveaux agents du guet (Carotte, Angua, Detritus, Hilare, etc.), et Ronde de Nuit permet de jeter un regard finalement très attendrissant sur les « anciens », ces personnages sans lesquels Ankh-Morpork ne serait pas Ankh-Morpork. Les deux plus réussis restent Chicard Chicque et Vétérini, le premier gagnant en sympathie, véritable figure de gavroche à la sauce Pratchett, et le second gagnant encore, si cela était possible, en charisme.

Ronde de Nuit reste donc une lecture indispensable à tout lecteur de Pratchett, mais n’est délicieux qu’en dessert, après avoir lu tous les autres (ou au moins Au Guet!)

Je profite de cette note pour vous souhaiter également un joyeux Noël et d’agréables fêtes de fin d’année.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 28 décembre 2007 dans lectures

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :